La Gazette

des Comores

Samuel Eto'o Fils, l'Africain

Samuel Eto'o Fils, l'Africain © : HZK-LGDC

Dans le cadre de la cérémonie de grand mariage coutumier du président de la Fédération de Football des Comores Said Ali Said Athoumane, le président de la Fecafoot Samuel Eto'o Fils a fait le déplacement jusqu'à Moroni pour honorer son homologue.


C'est aux environs de 17h30 au domicile de son beau frère Said Ali Sultan que les invités de marque du président de la FFC ont été reçus. Tout le gratin était présent, du gouverneur de l'île au ministre de l'agriculture porte parole du gouvernement en passant par les acteurs du football comorien. Après une brève rencontre avec certains acteurs, l'ancien numéro 9 des lions indomptables s'est rendu au lieu de réception ou tout le banc et l'arrière banc l'attendait. Accueilli sur le perron, par le Maire de la capitale Abdoulfatah Said, c'est sous les youyous des mamans qu'il a fait son entrée dans un magnifique salon ou l'attendait déjà une foule compacte. A part les membres de la famille, se trouvaient déjà le ministre de l'agriculteur porte parole du gouvernement Houmed Msaidie, Ibrahim Mohamed Mze le président du Comite Olympique et Sportive des Iles Comores ou encore le directeur de la SONELEC Soilihi Mohamed Djounaid en passant par les membres du Comite Exécutif et tant d'autres invités triés sur le volet qui viendront un peu plus tard comme la gouverneure de l'île ou le conseiller spécial du Chef de l'Etat Nour-El Fatah Azali.

 

Après les présentations de circonstances s'en est suivie une séance photo qui aura duré une quarantaine de minutes. Très disponible, c'est avec le sourire aux lèvres que le président de la FECAFOOT s'est prêté à l'exercice, une façon pour lui sûrement de se remémorer des ses belles années quand il était à l'apogée de sa carrière de footballeur. Après un bref passage au chalet qui faisait office d'anti-chambre avant, les trois présidents, Wallace Karia, Samuel Eto'o Fils, Said Ali Said Athoumane accompagnés de leurs invités de marque ont fait leur apparition dans le lieu de réception ou prédominait une piscine aux eaux turquoises et d'une propreté immaculée. Prenant la parole en premier, le président de la FFC a tenu à remercier ses invités plus particulièrement ses homologues venus de loin pour célébrer son mariage traditionnel. « Je tiens à remercier Wallace Karia et Samuel Eto'o Fils pour avoir voulu honorer de leur présence la cérémonie de mon mariage traditionnel avec ma femme Madjdat Issihaka. » Insistant sur les liens de fraternité qui le lient à ses homologues, le président Said Ali a tenu à les remercier pour leur disponibilité. « Je sais que ce n'est pas une période facile surtout pour les chrétiens, mais si ils sont là, c'est qu'ils l'ont fait avec beaucoup de plaisir. »

Un plaisir que le président de la FECAFOOT le lui a bien rendu en montrant toute sa satisfaction de se retrouver chez lui aux Comores. « Je suis très heureux d'être à la maison surtout pour une bonne nouvelle » s'est exprimé d'emblée l'ancien attaquant du FC Barcelone. Comme à son habitude l'homme au quatre ballons d'or africain a mis en avant son africanité. « Même si je représente le football camerounais aujourd'hui, une partie de moi, une grande partie de moi est l'Afrique d'abord, l'Afrique passe d'abord pour moi avant mon propre pays le Cameroun. » Rebondissant sur la polémique nait des tests Covid-19 à la CAN au Cameroun, le patron du football camerounais a salué le courage du président de la FFC d'avoir établi la vérité. « voyant que des étrangers avaient pris ce malentendu de notre grande famille africaine pour nous pointer du doigt et dire que cette Afrique n'est pas bien gouvernée n'a que des problèmes. » A la fin de sa brève allocution, le lion indomptable a souhaité au peuple comorien heureuse année 2023 pleine de santé. « Tout en vous souhaitant heureuse année 2023, qu'Allah bénisse ce beau pays et qu’il vous donne la santé » a conclu Samuel Eto'o Fils.

 

ASB


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.