La Gazette

des Comores

Journal de la CAN 2021 L’Algérie cale et le Nigeria triomphe

Journal de la CAN 2021  L’Algérie cale et le Nigeria triomphe © : HZK-LGDC

Comme attendu et dans la lignée des coupes d’Afrique des nations, le public se fait désirer dans les différents stades où se déroule cette CAN. Et cette troisième journée n’a pas fait exception. Au Japoma Stadium, c’est dans des tribunes quasi vides que l’Algérie a entamé sa défense du titre acquis en Égypte en 2019.


Cette troisième journée des matchs de poule a débuté au stade Japoma de Douala avec l’entrée en lice du champion d’Afrique en titre, à savoir les Fennecs algériens. Les coéquipiers de Riyad Mahrez faisaient face aux Leon stars de la Sierra Leone. Une équipe décomplexée et sans pressions qui s’est mise en évidence dès l’entame de la rencontre en s’y créant les meilleures occasions. Obligés de reculer parfois face aux attaques incessantes de la Sierra Leone, les algériens ont eu du mal à rentrer dans le match. Ce n’est qu’en deuxième période que les doubles champions d’Afrique (1990, 2019) algériens ont pris totalement le contrôle du jeu. Malgré une domination territoriale (67%), les nord africains ont toujours buté sur une défense bien organisée et surtout un grand Mohamed Kamara (gardien) des grands jours. Quatre cent quatre-vingt treize passes et dix corners en faveur de l’Algérie n’ont pas suffi pour sortir l’Algérie du piège des leon stars. Ainsi l’Algérie concède le premier match nul et vierge depuis le début de la CAN et constitue la première surprise de ce début de tournoi. 

 

Un peu plus tard en début de soirée (19h) heure de Moroni, c’est les cadors du groupe D qui faisaient leur entrée à Garoua. C’est au stade Roumdé Adjia que le Nigeria et l’Égypte croisaient le fer. Située dans le nord camerounais, la ville de Garoua est la capitale de l’Etat de Bénoué, frontalière avec l’Etat du Borno (Nigeria), zone où sévit le groupuscule Boko Haram. Fief de l’ancien président Ahmadou Ahidjo, avec 1 750 000 habitants, elle constitue la troisième ville du Cameroun. C’est donc dans ce décor que se rencontraient Super Eagles et Pharaons dans ce qui reste jusqu’à maintenant le meilleur match de cette coupe d’Afrique des Nations. Si dans la pelouse le spectacle était assuré, il n’en était pas moyen. La colonie nigériane venue en masse avait rempli presque la moitié du stade, une première depuis le début de la compétition à l’exception du match d’ouverture.

 

D’entrée de jeu, le Nigeria a imposé sa puissance physique sur des égyptiens amorphes malgré une possession (54%) favorable tout au long de la première période. Si la possession était égyptienne, les occasions étaient nigérianes. A la 30e minute, l’’attaquant du club anglais Liecester Ihaenatcho a profité de son isolement dans la défense égyptienne pour ajuster El Shenawy et marquer l’unique but de la rencontre. Revenant avec les mêmes intentions, le Nigeria a continué à mettre la pression sur les pharaons malgré les entrées de Mohamed Trezeguet, Aymen Ashraf, mais surtout Zizo, le joueur du Zamalek du Caire.

 

Constituée de seulement 7 expatriés, l’équipe égyptienne est l’une des rares nations qui fait confiance à ses joueurs locaux issus en majorité des deux clubs cairote à savoir le Zamalek et le National (Ahly) du Caire. Pris dans l’étau nigérian, la star égyptienne, Mohamed Salah a eu toutes les difficultés du monde à exister. Sa première mi-temps illustre son impuissance (14 ballons touchés) face à une défense qui anticipait tout ses faits et gestes. C’est donc face au Soudan et à la Guinée Bissau que les septuples champions d’Afrique doivent aller chercher leur qualification. Dans la dernière rencontre de la journée, les crocodiles du Nil (Soudan) faisaient face à la Guinée Bissau. Les deux formations n’ont pu se départager, elles repartent avec chacun le point du match nul et signent le deuxième nul et vierge depuis le début de la compétition.

 

Ahmed Saïd Badraoui

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)