La Gazette

des Comores

Commission d’éthique Steal Nouvel, suspendu 3 ans pour falsification

Commission d’éthique Steal Nouvel, suspendu 3 ans pour falsification © : HZK-LGDC

C’est l’affaire qui secoue le monde du football comorien. L’équipe vice-championne des Comores, Steal Nouvel de Sima vient d’être suspendu trois années en première instance par la Commission Nationale d’Ethique (CNE) du football comorien. C’est par le PV 00-11 du 30-08-2023 que l’affaire a été rendue publique.


Saisie par le club de Mrango de Kavani qui a porté plainte contre le Club Steal Nouvel de Sima accusé d’avoir falsifié la signature de MADI Andhuim pour obtenir sa mutation. Le club de Kavani a saisi donc la CNE par lettre le 22 aout. Le lendemain, ladite lettre est parvenue au secrétariat de la FFC qui l’a transmise à son tour à la CNE qui s’est tout de suite saisie de l’affaire en ouvrant une enquête qui a abouti à des interrogatoires des personnes concernées dans ce dossier. Dans la lettre, Mrango précise que c’est la deuxième fois après la saison dernière que Steal tente cette manipulation auprès de ce même joueur qui dit avoir repoussé les avances du club. « Comme je n’ai rien signé et je n’ai jamais donné ma carte d’identité à qui que ce soit », lit-on dans le procès-verbal de la CNE concernant l’audition du joueur.

La CNE a conclu à une falsification de signature après avoir mené une enquête auprès des personnes concernées dans ce dossier. Et la commission d’ordonner la réintégration du joueur au sein de son club d’origine. La CNE a aussi infligé aux dirigeants de Steal, une sanction de trois ans d’interdiction de toutes activités footballistiques. Elle a aussi infligé trois ans d’interdiction au club Stael Nouvel.

Interrogés par la brigade judiciaire de Mutsamudu, deux dirigeants de Steal Nouvel dont le président Mouandhum Nidhoim ont été placés en garde à vue à la gendarmerie. « Cette demande de mutation a été obtenue avec l’aval de ma mère », selon toujours Madi Andhum. Apres avoir entendu toutes les parties prenantes dans cette affaire, la CNE a conclu à une fraude de falsification de signature de la part du club Steal Nouvel. « Considérant qu’il ressort de l’enquête qu’il s’agit d’une falsification de signature en vue de pouvoir fabriquer une demande de mutation à l’insu du bénéficiaire », peut-on lire dans les notes de la CNE.  Et en vertu des dispositions règlementaires et statutaires la CNE « déclare les dirigeants de Steal Nouvel coupables de faux et usage de faux, falsification de signature ; et inflige une suspension de trois années de toutes activités footballistique le club et les dirigeants du club ».

Surpris par la lourdeur des sanctions, les dirigeants de Steal Nouvel contre-attaquent en exhibant des preuves qui montrent que le joueur concerné aurait signé en son âme et conscience en faveur de leur club car cela a toujours été sa volonté. « La volonté de Monsieur Andhum Madi était de jouer pour Stael Nouvel cette saison 2023-2024. La mutation signée par mes soins a été remise par sa mère à l’administration de Steal Nouvel », nous fait dire une attestation de témoin signée par Maitre Kamaldine Ahmed huissier de justice résident à Ouani (Anjouan) dont La Gazette des Comores a pu avoir copie. Toujours allant dans ce sens, le joueur a déclaré « Je confirme par cette présente et j’insiste que j’ai bien posé ma signature par mes soins bien avant que l’équipe de MRANGO par ses dirigeant m’encastre », dans une déclaration d’aveux datant du 10 septembre dernier.

En vertu de l’article 30 du code d’éthique, les dirigeants de Steal Nouvel peuvent interjeter une demande de révision. « La Commission d’Ethique peut rouvrir une procédure close par une décision ayant force exécutoire lorsqu’une partie présente des nouveaux faits ou preuves pertinents 3de la procédure avant une éventuelle saisine de la Commission Nationale de Recours (CNR) qui doit statuer en dernière recours ».

Imtiyaz

 

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.