La Gazette

des Comores

Un transbordement de migrants déjoué et des braconniers appréhendés

Un transbordement de migrants déjoué et des braconniers appréhendés © : HZK-LGDC

La garde côte Comorienne avec la gendarmerie nationale en partenariat avec le Parc national de Mohéli ont déjoué mercredi dernier une opération de transbordement de migrants venant d'Afrique continentale qui allait s’effectuer au large de Mohéli, pour une énième fois. Ils ont appréhendé seulement les passeurs comoriens qui étaient prêts à en découdre avec la force de l’ordre. Au même moment la mission a intercepté une vedette de braconniers de tortues marines avec à son bord 8 tortues.


« Nous avons reçu des renseignements qu’il va y avoir un transbordement de migrants venant d’Afrique continentale.  Et comme d’habitude c’est  toujours en complicité avec des passeurs comoriens » explique le commandant de la gendarmerie nationale au niveau de Mohéli Abdallah Ibrahim. « La garde côte et le Parc national étaient sur place au lieu du rendez-vous indiqué par les radars et ils ont attendu… » poursuit-il.

Finalement, le bateau des migrants n’est pas apparu mais les passeurs comoriens avec deux vedettes l’une venant d’Anjouan et l’autre de Nioumachoi Mohéli ont été interceptées. Selon le commandant Abdallah Ibrahim, ces passeurs se sont battus pour ne pas être arrêtés mais ils ont été maîtrisés par la force de l’ordre. « Du matériel dont des habits ont été retrouvés dans les vedettes » précise le haut gradé.

Au même moment, cette mission de surveillance a intercepté une vedette avec à son bord 8 tortues marines. Les braconniers ne voulaient pas non plus coopérer. Une lutte acharnée a été menée jusqu’à ce que l'un des commandants de la vedette finisse par sauter dans la mer. Il est, jusqu’à alors où nous rédigeons ces lignes, porté disparu. L'autre, un des plus grands braconniers de tortues marines à Mohéli a été immobilisé et conduit à l'hôpital pour des soins après des blessures au niveau de la tête, avant d'être transféré à la maison d'arrêt de Badjo en attendant son jugement. Quant aux tortues en captivité, elles ont été relâchées pour rejoindre leurs habitats naturels.

Riwad

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.