La Gazette

des Comores

Un premier jour éprouvant pour les 7016 candidats de Ngazidja

Un premier jour éprouvant pour les 7016 candidats de Ngazidja © : HZK-LGDC

Le baccalauréat de la session 2022 a débuté hier lundi 2 août. Au niveau de Ngazidja, 5 candidats ont été éliminés en plein examen au lycée de Moroni pour tentative de fraude. Stupéfait, le président du jury de Ngazidja Docteur Satar a annoncé à la presse, un renforcement des mesures de contrôles dans les centres et sous centres d'examen au cours des autres épreuves.


Ils sont encore des milliers cette année à vouloir décrocher leur baccalauréat. Mais le début des épreuves s’est brusquement interrompu pour une poignée de candidats surpris en flagrant délit de fraude avec des smartphones en salles d'examen. « C'était contre la règle. Eux-mêmes savaient très bien la suite une fois attrapés avec les téléphones. Donc ils sont coupables de leur faute », a regretté le président du jury Docteur Satar sans pour autant donner plus de détails. Mais sur place, un pick-up de la police est venu transporter trois candidates et deux candidats au poste de police de Moroni. Par la suite, le président du jury a rappelé qu'il s'agit des fautes répétitives toutes les années sauf que des mesures de renforcement de contrôles seront multipliées dans les centres et sous centres d'examen pour éviter des résultats biaisés cette année. Il juge le moment très précoce pour donner un aperçu des incidents enregistrés dans le centre et sous centres d'examen. « Des enquêtes sont en cours pour récolter toute action  préjudiciable à cet examen. Donc c'est au terme de cette enquête que nous pouvons en dire plus », poursuit-il.

En ce qui concerne l'organisation de l'examen, les candidats ont regretté une faute d'irresponsabilité au niveau des commissions d'examens (ONEC et OREC) dans la mesure où l'enveloppe pour l'épreuve de philosophie de la TG (Terminale Générale) a été décelée pour les candidats de la série A4. Et c'était dans les sous centres de Hambou, Bambao et Mboikou à Ngazidja. Pourtant la faute a été remarquée après 30 minutes. Toutefois le président du jury a confirmé que la faute a été aussitôt réparée. « Le service d'examen est intervenu le plus rapidement possible et l'examen a suivi son cours », dit-il.

Sauf que la faute a été si non-professionnelle que des rumeurs ont couru sur une fuite de sujet. Nous avons contacté les services concernés mais en vain. Les responsables de l'office national en charge des examens nous a aussitôt renvoyés chez le président du jury pour confirmation. Tout comme la petite histoire du riz d'Ali, chaque responsable se décharge de toute confirmation. En tout cas, des corrections différentes concernant l'épreuve de philosophie ont été retrouvées sur des Smartphones aux environs de 8h et 9h. Des heures pendant lesquelles aucun enseignant de ladite matière ne pourrait corriger le sujet et le renvoyer à un candidat. Ce qui laisse croire à une fuite de sujet depuis la veille de l'épreuve. Mais jusqu'alors le service en charge des examens ne confirme ni infirme le cas.

En tout cas, les organisateurs prônent des sanctions sévères pour tout auteur de préjudice à cet examen qui permet le passage, d'une rive à l'autre. Pour les candidats, cela est clair comme de l'eau de roche. « J'ai eu si peur quand j'ai entendu que des candidats ont été éliminés. En plus les surveillants n'ont pas été sympas avec nous. Et au cours de cet examen je n'ai qu'un seul souhait, finir l'examen en paix », a prié Samir Ahmed candidat de la série A4 au lycée de Moroni. Sur 7016 candidats inscrits au niveau de Ngazidja, 521 candidats sont inscrits au lycée de Moroni et ce centre a enregistré 16 absences en ce début d’examen.

Kamal Gamal

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)