La Gazette

des Comores

Réduction des risques de catastrophe: Le Kenya a accueilli la 8ème plate-forme régionale africaine

Réduction des risques de catastrophe: Le Kenya a accueilli la 8ème plate-forme régionale africaine © : HZK-LGDC

Le Kenya a accueilli du 16 au 19 de ce mois, la huitième plate-forme régionale africaine pour la réduction des risques de catastrophe et la septième réunion de haut niveau sur la réduction des risques de catastrophe.


L’organisation de ces rencontres était assurée par le Bureau des Nations Unies pour les risques de catastrophe Réduction (UNDRR) en collaboration avec la Commission de l'Union africaine (CUA) et l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD). La plate-forme régionale africaine s’est tenue  sous le thème général : « Vers un développement tenant compte des risques de catastrophe pour une Afrique résiliente dans un monde transformé par le COVID-19 ».

 

Il faut savoir que la plate-forme régionale africaine biennale s'est imposée comme un mécanisme essentiel qui rassemble les États membres, les communautés économiques régionales, les partenaires de développement et d'autres parties prenantes de la réduction des risques de catastrophe pour examiner les progrès, partager les expériences, les bonnes pratiques et les enseignements tirés sur la réduction des risques de catastrophe au niveau régional.

 

Les participants se sont évertués à dégager un consensus sur la voie à suivre pour permettre aux États membres de tenir leurs engagements envers le Cadre de Sendai et le Programme d'action de l'Union africaine pour sa mise en œuvre en Afrique, contribuant ainsi à la réalisation du Programme de développement durable à l'horizon 2030 et l'« Agenda 2063 : l'Afrique que nous voulons ».

 

Pour rappel, le Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe 2015-2030 a été le premier accord majeur du programme de développement pour l'après-2015 et fournit aux États membres des actions concrètes pour protéger les gains de développement contre le risque de catastrophe. Par ailleurs, le cadre de Sendai fonctionne de pair avec les autres accords du Programme 2030, notamment l'Accord de Paris sur le changement climatique, le Programme d'action d'Addis-Abeba sur le financement du développement, le Nouveau programme urbain et, finalement, les Objectifs de développement durable.

 

Après le discours d'ouverture de la rencontre, Leila Chikhaoui Mehdaoui, la ministre de l'Environnement de la Tunisie et présidente du Bureau de la plate-forme régionale pour l'Afrique, a annoncé que le Kenya allait assurer la future présidence de la plate-forme régionale et un nouveau bureau sera composé par le Gabon, la Gambie, l'Afrique du Sud, et la Tunisie.

 

En acceptant la présidence, Fred Okengo Matiang'i secrétaire du Cabinet, au ministère de l'Intérieur et de la Coordination du gouvernement national du Kenya, a appelé à aller de l'avant pour assurer une préparation efficace aux risques, en particulier dans le contexte des risques émergents. Il s'est engagé à faire en sorte que la plate-forme fasse progresser les progrès dans la réduction des catastrophes et des risques dans la région. Une déclaration dite Déclaration de Nairobi a été adoptée pour aider les pays à continuer à mettre en œuvre le cadre de Sendai et son Plan d’Action pour l'Afrique.

 

Mmagaza

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)