La Gazette

des Comores

La gestion des ordures semble fonctionner à Ouallah Mirereni

La gestion des ordures semble fonctionner à Ouallah Mirereni © : HZK-LGDC

La bête noire des institutions étatiques, communales et associatives des pays en voie de développement reste la gestion des ordures, pour plusieurs raisons parmi lesquelles l’accompagnement de la population. À Ouallah-I (Mirereni), dans la région de Mledjelé ça a l’air de fonctionner. Avec le soutien du PNM, la population accompagne l’association de ce village pour la gestion de déchets. Cependant la pénurie régulière de carburant à Mohéli, ralentit souvent l’activité.


Le village d’Ouallah Mirereni devient le bon élève en matière de gestion de déchets dans la région de Mledjelé. Les associations de cette localité se mobilisent régulièrement pour la gestion durable des écosystèmes marins et terrestres. Après l’activité de plantation des palétuviers le long du littoral en juillet dernier, l'AJSGDO (association des jeunes solidaires pour la gestion des déchets de Oualla Mirereni), appuyée techniquement et financièrement par le PNM vient d'entamer un programme de gestion des ordures. Une initiative encouragée par les habitants de cette localité.

7 bacs à ordures sont installés dans les ruelles pour la collecte des ordures ménagères, tandis que le ramassage s'effectue trois fois par semaine à l'aide d'une moto-benne dans la matinée du lundi, mercredi et le vendredi. Ces déchets sont transportés dans un site de décharge situé un peu loin des habitations. Mais quelques problèmes logistiques sont fréquemment rencontrés et parfois ralentissent ce processus.

« C'est la communauté villageoise qui a octroyé gratuitement le site de décharge des déchets. Cela fait presque un mois depuis qu'on a lancé ce projet. Jusqu'à présent, notre souci majeur reste la pénurie régulière de carburant qui perturbe énormément nos activités de ramassage » explique Artadji Ali Soumaili, président de l'AJSGDO. « Mais Dieu merci, la communauté locale a compris l’importance de cette activité et nous accompagne. Il est très rare de trouver des ordures éparpillées dans ce village », témoigne-t-il. Cependant, il n'y a toujours pas un moyen de transformation ou recyclage de ces ordures. La seule solution reste l’incinération.

Riwad

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)