La Gazette

des Comores

Hausse des prix des produits pétroliers: 25% pour l’essence et 40% pour le pétrole lampant

Hausse des prix des produits pétroliers: 25% pour l’essence et 40% pour le pétrole lampant © : HZK-LGDC

Les ministres de l’économie et de l’énergie en compagnie du secrétaire général du gouvernement ont organisé une conférence de presse ce lundi pour annoncer la hausse des prix des produits pétroliers. Le prix du pétrole lampant passe de 250 FC à 350 FC, le gasoil de 450 FC à 650 FC et l’essence de 600 FC à 750 FC. Et ses prix seront effectifs à partir de ce mardi.


C’est officiel ! Annoncé depuis ces derniers mois, le gouvernement a entériné la hausse des prix des produits pétroliers. Dans une conférence de presse conjointe, le ministre de l’économie a annoncé la hausse des prix du gasoil, de l’essence et du pétrole lampant. Cette dernière se justifie par la hausse des prix au niveau mondial depuis le début de la Covid-19 mais aussi la guerre en  Ukraine. Le prix à la pompe pour le pétrole lampant passe de 250 FC à 350 FC, le gasoil de 450 FC à 650 FC et l’essence de 600 FC à 750 FC. « Nous avons la crise du Covid-19 qui dure depuis plus de deux ans. Et cette dernière a impacté l’économie mondiale et l’augmentation des prix. Et le gouvernement a toujours gardé les anciens tarifs. Si aujourd’hui, on a pris cette décision, c’est pour sauver l’entreprise. La SCH continue de faire des pertes et il y avait un risque de voir la société partir en faillite », avance Ahmed Ali Bazi, le ministre de l’économie.

Ce dernier explique que cette hausse ne va pas s’aligner au même niveau qui se fait dans le monde extérieur. « On a décidé cette hausse des prix pour aider la société à être capable d’acheter les produits pour ne pas freiner l’économie du pays », précise-t-il. Et d’ajouter que « si on s’alignait au monde extérieur, le litre serait fixé à 1000 FC ». Dans son intervention, le ministre de l’énergie a précisé que cette décision a pris en compte le train de vie des Comoriens. « Nous voulons sauver la société mais aussi prendre en compte le quotidien des Comoriens », poursuit Ali Ibouroi. Selon lui, si le gouvernement devait garder les mêmes prix jusqu’à la fin de l’année, la société aurait fait une perte de plus de 11 milliards.

Concernant la hausse des frais de transports, le ministre de l’économie a annoncé qu’une réunion a eu lieu entre Usukani wa Masiwa et le gouvernement. Une autre rencontre est prévue dans les prochains jours. Concernant les mesures d’accompagnement, le ministre de l’économie a annoncé que depuis le début de la crise de la Covid-19, le gouvernement n’a cessé d’accompagner le secteur privé et des réunions auront lieu pour envisager de nouvelles mesures.

Kamal Gamal

 

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)