La Gazette

des Comores

Flambée des prix: Le sucre devient introuvable

Flambée des prix:  Le sucre devient introuvable © : HZK-LGDC

Depuis quelques jours, on ne parle que du sucre. Le prix du kilo de sucre variait de 650 FC à 800 FC si on le trouvait dans les boutiques. Mais selon nos informations, le bateau se trouve déjà au port de Moroni.


Après la farine et les produits carnés en novembre dernier, aujourd’hui c’est le sucre qui a vu son prix grimper. Le prix du sucre a tellement augmenté qu’il a entrainé un effet domino sur tous les autres produits de consommation courante qui ont suivi la cadence. Rencontré au grand marché de Volo-Volo, Salimata Maoulida native de Mbadjini avec son panier cherchait du sucre à tout prix. Mais hélas. Elle avait oublié que depuis près de deux semaines, arriver à s'en procurer devient un véritable parcours du combattant. Et si certains le trouvent, le prix du kilogramme varie entre 650 et 800 francs au lieu 400 et 500 francs. « Sincèrement, je ne savais pas que le sucre était introuvable. Mais arrivée au marché, c’est là que je me suis aperçu que même le sucre de couleur jaune, on n’en trouve plus », avance-t-elle.

 

Dans la capitale, ces deux dernières semaines, le sucre se vendait parfois jusqu’à 800 FC le Kilo si on arrivait à le trouver. Said Ibrahim, un enseignant au lycée de Moroni se demande si les commerçants ne vont pas prendre ce prétexte et augmenter encore le prix. « Le problème chez nous, si on augmente un produit, il est difficile de le faire descendre. Et c’est ma crainte », dit-il. Depuis lundi dernier, on apprend que le bateau transportant ce produit est au port de Moroni. Les consommateurs espèrent avoir du sucre cette semaine pour le thé du matin. Et oui, il y des personnes qui n’ont pas bu du thé ces derniers jours. « Le sucre est un produit hyper important dans le quotidien, pour le thé et faire du jus… », lance une jeune femme rencontrée au petit marché de Moroni à la recherche du sucre.

 

Au niveau des commerçants, ils indexent les autorités douanières qui ne cessent d’augmenter les taxes. Pour eux, s’ils ajoutent 100 FC, c’est pour en tirer bénéfice. « La douane est chère, très chère au point qu’on soit obligé de rehausser le prix du sucre afin qu’on puisse tirer bénéfice », se défend ainsi un commerçant de la région de Hamahamet.

 

Aujourd’hui, la population se demande pourquoi le silence des autorités compétentes de la Fédération des Consommateurs. Selon Miftah, les associations des consommateurs se mobilisent en premier avant que la population prenne les devants. Le temps est venu pour qu'elle fasse pression pour trouver une solution à ce problème très rapidement. « En tout cas, personnellement, je ne vois pas l’intérêt d’acheter le sucre et puis le revendre ensuite à un prix élevé », conclut-il.

 

Ibnou M. Abdou

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)