La Gazette

des Comores

77e session de l’AG de l’ONU : António Guterres lance un appel à la solidarité mondiale en faveur de l’éducation

77e session de l’AG de l’ONU :  António Guterres lance un appel à la solidarité mondiale en faveur de l’éducation © : HZK-LGDC

Dans un communiqué de presse, le secrétaire général de l’ONU António Guterres a appelé à la solidarité mondiale en faveur de l’école du 21 siècle. Cinq axes prioritaires ont attiré son attention notamment l’égalité à l’accès à l’éducation. Il exhorte les gouvernements d’accorder leur priorité au financement de l’éducation, encourage les partenaires au développement à annuler les réductions d’aides et à consacrer à l’éducation au moins 15% de l’aide publique au développement.


La 77ème session de l’Assemblée Générale des Nations unies a débuté au siège de l’organisation, à New York, le 13 septembre 2022 et prendra fin le 26 septembre prochain.  Plusieurs pays y compris les Comores ont été conviés à cette assemblée où plusieurs sujets seront abordés notamment l’éducation. Lors du dernier jour du sommet sur la transformation de l’éducation lundi 19 septembre dernier, le secrétaire général António Guterres a préconisé une éducation de qualité accessible à tous, prodiguée tout au long de la vie et adaptée aux besoins de la société et du travail au 21eme siècle. Par-là, il encourage une refonte de la formation des enseignants et des efforts contre la fracture numérique, tout en appelant à la solidarité mondiale dans le financement prioritaire de l’éducation grâce à l’appui des institutions financières. « Chaque personne ici présente sait que l’éducation transforme les vies, les économies et les sociétés. Mais nous savons qu’il nous faut transformer l’éducation car elle traverse une crise profonde », a-t-il lancé devant les représentants des pays.

Cinq priorités ont attiré son attention notamment, celle d’assurer l’égalité d’accès à l’éducation, résoudre la pénurie mondiale d’enseignants et améliorer leur formation pour qu’ils s’érigent en « facilitateurs » du savoir, capables d’apprendre à apprendre plutôt que de se contenter de transmettre des connaissances toutes faites, la révolution numérique, tous les élèves doivent en bénéficier. Quant au financement de cette transformation, il exige « un élan de solidarité mondiale ». Ce dernier demande aux gouvernements d’accorder leur priorité au financement de l’éducation, encourage les partenaires à annuler les réductions d’aides et à consacrer à l’éducation au moins 15% de l’aide publique au développement. Il appelle les institutions financières internationales à promouvoir l’objectif de qualité de l’enseignement pour tous dans les pays en développement, en tirant parti de la facilité internationale de financement pour l’éducation qui vise à mobiliser 10 milliards de dollars pour aider 700 millions d’enfants à bénéficier d’un enseignement de qualité. Mais serait-il possible chez nous ?

Au cours de ces réunions de travail constructif, plus de 130 pays se sont engagés à relancer  leurs systèmes éducatifs et à accélérer les mesures pour mettre fin à la crise de l'apprentissage. Près de la moitié des pays ont donné la priorité aux mesures visant à lutter contre la perte d'apprentissage, tandis qu'un tiers des pays se sont engagés à soutenir le bien-être psychosocial des élèves et des enseignants. Deux pays sur trois ont également fait référence à des mesures visant à compenser les coûts directs et indirects de l'éducation pour les communautés économiquement vulnérables, et 75% des pays ont souligné l'importance des politiques d'éducation sensibles au genre dans leurs engagements…

Andjouza Abouheir

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)