La Gazette

des Comores

30 femmes formées sur l’internationalisation des entreprises

30 femmes formées sur l’internationalisation des entreprises © : HZK-LGDC

Durant trois jours, une trentaine de femmes a bénéficié d’une formation sur la croissance économique durable et inclusive, portée par l’entreprenariat féminin. Elle a pour but de doter des compétences à ces femmes sur l’internationalisation des entreprises, de la connaissance des marchés régionaux et sur la gestion financière.


Financé par l’Union Européenne, la formation du programme régional de compétitivité des entreprises et d’accès aux marchés (RECAMP), intitulé « une croissance économique durable  et inclusive portée par l’entreprenariat féminin », a baissé le rideau samedi 17 juillet dernier. Durant trois jours, ce programme a été élaboré par la Fédération des femmes d’affaires du COMESA, le COMFWB et mis en œuvre dans chaque Etat membre par les associations nationales de femmes entrepreneures.

Devant le ministre de l’économie Houmed Msaidie et les participantes, la présidente de  RESNAFE (Réseau national des femmes entrepreneures), Naila Abbas a expliqué que cette  formation avait pour but de renforcer les compétences de ces femmes en gestion financière et sur l’internationalisation des entreprises. « Les formations du projet RECAMP sont une première étape dans le renforcement de l’intégration économique régionale dans la région du Comesa en améliorant la compétitivité du secteur privé et en augmentant leur participation  aux chaines de valeur régionales et mondiales de manière durable », dit-elle. 

Et pour s’y faire, deux modules ont été proposés : un sur l’internationalisation des entreprises  de la connaissance des marchés régionaux et un autre sur la gestion financière. C’était une occasion pour doter ces centaines de femmes des compétences qui créent des richesses et des emplois, souvent dans l’ombre et dans l’informel, et qui pourtant contribuent de manière indéniable au développement économique du pays. « Nous misons sur la mutualisation de nos ressources et de nos compétence afin de renforcer l’entreprenariat féminin, améliorer nos savoir-faire, accroitre nos revenus, accéder à de nouveaux marchés et valoriser le made in Comores en le faisant connaitre au-delà de nos frontières », souligne-t-elle.

C’est dans ce cadre et dans la poursuite de ces mêmes objectifs que le COMESA et plus  particulièrement le COMFWB appuie cette organisation et les aide à relever le défi. « Le premier défi est la compétitivité de nos produits et services face à la concurrence et dans un contexte d’ouverture des Comores à la Zone de libre échange du continent africain », précise  celle qui croit dure comme fer qu’avec un appui structurel, des compétences entrepreneuriales, techniques et managériales, ces femmes seront compétitives sur les marchés locaux et internationaux et ce, bien que les opportunités de la ZLEAF sont grandes. 

De son côté,  le consultant Ali Mohamed Ibrahim a expliqué que ces formation visent à doter  ces femmes des stratégies pour accéder au financement et comment gérer le financement. «  Les participants proviennent des différentes associations et entreprises. Il y a ceux qui savent lire et d’autres non. Un vrai chalenge pour ces vaillantes femmes. Nous avons relevé le challenge, car ces femmes contribuent dans la vie de tous les jours », marque-t-il, avant d’ajouter que « un suivi  de 6 mois est prévu pour mieux les orienter et les accompagner dans leur démarches ». Durant ces trois jours, Salmata Ismaël, couturière chevronnée de l’association « Masogno Ya Sitara »  se réjouit de cette initiative. « J’ai appris des choses que j’ignorais, maintenant je peux dire que j’ai les compétences qu’il faut », assure-t-elle.

Andjouza Abouheir

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)