La Gazette

des Comores

160 enseignants de différentes écoles ont passé le diplôme DELF B2

160 enseignants de différentes écoles ont passé le diplôme DELF B2 © : HZK-LGDC

La cérémonie de remise des attestations de réussite DELF B2 dans le cadre du projet FSPI renforcement des compétences des enseignants en français, langue d’enseignement aux Comores, a eu lieu ce mercredi 22 juin 2022 à l’Alliance française de Moroni. 160 enseignants de Grande Comore ont été attestés, sachant que deux autres cérémonies auront lieu bientôt dans les autres îles.


Les études ne finissent jamais tant qu’on est toujours vivant. C’est le cas des enseignants de collège et lycée qui ont pu s’inscrire dans cette formation en langue française. Ces derniers ont réussi à décrocher leur diplôme de DELF B2. La cérémonie de remise des attestations de réussite a eu lieu ce mercredi 22 juin à l’Alliance française de Moroni. Il faut souligner que depuis que l’Alliance française a commencé ces formations précisément en 2021, plus de 700 enseignants ont été formés.

Riama Moussa, la coordinatrice du projet et administratrice de l’Alliance a montré sa satisfaction pour la réussite du projet. « On nous a confié cette mission. Nous avons commencé à sensibiliser les écoles, les CIPR des différentes localités. Ils ont fini par comprendre l’importance de ce projet, qui n’est que le renforcement des capacités des enseignants sur la langue française. En effet, avec l’appui de l’ambassade de France, le ministre de l’éducation nationale, et l’équipe de l’Alliance, on est arrivé à terme de cette session du projet. Nous félicitons les éducateurs qui ont réussi leur diplôme DELF B2 », dit- elle.

De son côté, l’attaché de coopération éducation et culture à l’ambassade a souligné lui aussi l’importance de cette formation. « Etant des enseignants francophones, c’était important de renforcer et améliorer votre langue d’enseignement. Aujourd’hui, nous sommes réunis pour vous donner vos diplômes DELF B2 que vous méritez. J’ose dire que ce n’est pas la fin, c’est un début. J’ai eu une discussion avec le ministre de l’éducation pour voir comment peut-on réorganiser un autre projet comme celui-ci dans le futur », indique Paris Ambroisine.

Le secrétaire général du ministère de l’éducation Soulaimane Soilihi, a lui aussi apprécié ces initiatives qui contribuent à l’amélioration du système éducatif. «  La langue française occupe une place importante dans la société, dans l’administration ainsi que dans l’apprentissage. Pour garantir une meilleure éducation et un bon partage du savoir, il est primordial de bien parler et écrire la langue française qui est la langue d’enseignement surtout ceux qui véhiculent le savoir », avance-t-il. Et d’ajouter que « ce projet par ses orientations vise à rehausser le niveau de la langue pour garantir ensuite un bon niveau des élèves. C’est dans cette optique que le ministre de l’éducation s’inscrit dans sa quête de doter les Comores d’une éducation de qualité et nul doute que cela passe par l’appropriation de la langue d’enseignement »,

Nassuf Ben Amad

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (1)

  1. Ali MOHAMED KAOU:
    23/06/2022 à 08:42 AM