La Gazette

des Comores

16 poteaux et un pilonne de SONELEC à terre à Anjouan

16 poteaux et un pilonne de SONELEC à terre à Anjouan © : HZK-LGDC

Plusieurs localités sont tombées dans le noir depuis samedi dernier. La Société Nationale d’électricité (SONELEC) enregistre en trois jours des dégâts très lourds. Le réseau MT (Moyenne Tension) est saccagé par les intempéries dans six régions de l'île. Les dégâts causés par la montée des eaux provoquent des inondations à l'instar de la ville d'Ouani. L'agriculture est sinistrée à son tour dans presque toute l'île.


Des centaines de foyers dans le noir total à cause des intempéries entre le samedi 21 et hier lundi. Le directeur régional de la SONELEC a convié la presse ce lundi pour faire le point et demander des excuses à la population. « Nous demandons en premier des excuses à nos clients. C'est involontaire de notre part, mais nous nous mettons à la place des foyers tombés dans le noir par ce cataclysme naturel », avance Ben Ali avant d'annoncer que « depuis samedi dernier, nos équipes du service réseau sont partout, dans les villes, villages et forêt car le réseau de Boungweni-Imeré est passé par la forêt ».

Le directeur régional de la SONELEC a montré que dans la région de Koni, quatre poteaux sont tombés, 2 à Ongoni-Marahani, 2 à Pomoni-Kowe, 2 à Sima plus un pilonne, 2 à Dzindri et 4 à Boungweni-imeré, qui fait un total de 16 poteaux. Le dur dans cette  situation, la société n'a pas les capacités de stocker des poteaux, mais, elle doit procéder au déterrement pour aller remplacer les poteaux tombés.

Pour l'agriculture, presque toute l'île est touchée. Selon les informations recueillies chez plusieurs autorités communales, le vent n'a pas fait cadeau aux plantations. Dans la préfecture de Domoni, il y a eu d’importants dégâts aussi. « Il y a eu éboulement de terrain, dans la zone de Tratringa selon des informations crédibles. Nous appelons la population à la vigilance et que Dieu nous protège », déclare le premier adjoint au Maire de Domoni, Anissi Djohar.

Quant à Ouani, Mirontsy et Mutsamudu, la montée des eaux fait peur et laisse augurer des dégâts aussi lourds. Sur les réseaux sociaux, on a vu qu'a Mirontsy, on marche sous l'eau et côté mer, des maisons sont submergées. A Mutsamudu, le boulevard Cœlacanthe reste pour le moment, impraticable et une partie de la digue a cédé sous la force des vagues. Malgré ce mauvais temps, des pêcheurs de Mutsamudu ont pris le risque dimanche dernier de partir pêcher et revenir vendre à plus de 3000 fc le kilo de poisson. Le maire de Mutsamudu appelle à la vigilance de tous.

Nabil Jaffar

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)