La Gazette

des Comores

« Il nous manque seulement les imprimés d'acte de naissance »

« Il nous manque seulement les imprimés d'acte de naissance » © : HZK-LGDC

Ces derniers jours, on n’entend que le manque d’imprimé pour les documents d’état civil notamment d’acte de naissance. La troisième adjointe au Maire de la Commune de Moroni, chargée de l'état civil, Mhoudine Allaouia, a tenté de rassurer en expliquant que la préfecture du centre serait en rupture de stock, mais pas pour les autres documents, qui sont disponibles.


Dans les réseaux sociaux, on ne parle que du manque d’imprimés des actes de naissance dans la préfecture du centre. Des propos confirmés par la troisième adjointe au Maire chargée de l’état civil. Mhoudine Allaouia parle plutôt d’un manque d’imprimé que de pénurie. « Les documents d’état civil sont tous là (copie intégrale de l'acte de naissance, fiche individuelle, certificat de résidence, etc). Il nous manque seulement l'acte de naissance », montre-t-elle dans un entretien ce lundi19 juillet.

D'après elle, 90% des actes de naissances se font à Moroni. Et selon elle, c’est normal si le centre de Moroni manque d’imprimé. « Chaque enfant qui est né à Moroni, se fait établir son acte de naissance à Moroni. Ainsi, l'état civil est censé utiliser l'acte de naissance beaucoup plus que les autres documents, précise-t-elle, tout en ajoutant qu’il ne faut pas s'étonner ni mettre la panique sur les réseaux sociaux. « Normalement, la situation doit se régler dans les meilleurs délais. Mais en attendant, on peut utiliser la copie intégrale de l'acte de naissance, sauf pour les nouveaux nés. D'ailleurs, c'est recommandé dans plusieurs dossiers », poursuit-elle.

Pour finir, la signataire de ces documents montre que la préfecture fait son travail convenablement. Et la personne qui a vendu cet imprimé à 15 000 FC n'a pas fait preuve d’humanité et la personne qui l’a acheté aurait dû lui dénoncer le malfaiteur à la gendarmerie. « On ne peut pas profiter d’une telle situation pour arnaquer les gens. Je vous rappelle que le jour où le gouvernement a voulu augmenter les tarifs à 5000 kmf, tous les maires ont refusé catégoriquement. Ils ont fait cela, pour le bien des citoyens. Et voilà aujourd'hui, une personne profite l'occasion pour vendre un acte de naissance à 15.000 FC, c’est inadmissible », conclut-elle. 

Nassuf Ben Amad

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)