La Gazette

des Comores

« Aucune menace cyclonique pour les Comores »

« Aucune menace cyclonique pour les Comores » © : HZK-LGDC

L’Anacm rassure qu’il n’y a pour le moment aucune menace cyclonique pour le pays, il s’agit d’une dépression sur terre qui impacte le nord-est de Madagascar. Toutefois elle appelle à la vigilance surtout les sorties en mer en cette période.


Depuis trois jours, la situation métrologique s’est détériorée. Selon les informations de l’Agence Nationale de l’Aviation Civile et de la Météorologie (ANACM), il s’agit d’une dépression sur terre surnommé Cheneso qui impacte le Nord-Est de Madagascar. Hier lundi, sur les trois iles, l’on a enregistré des montées des eaux, des fortes pluies, des inondations sur certaines localités. A titre d’exemple, des maisons partiellement détruites à Hoani (Mohéli), des arbres mis à terre, des débordements de la mer à Mutsamudu (Anjouan) détruisant au passage la digue ainsi qu'à Hoani (Mohéli), élévation du niveau de la mer à Bandamadji-Itsandra et Bangoi Nkouni, des villes particulièrement côtières (Grande-Comore).

Joint par La Gazette des Comores, le directeur de la métrologie Ahmed Youssouf Abdou rassure que « les Comores ne sont pas en alerte cycloniques ». Selon lui, cette perturbation est occasionnée par la proximité entre les deux pays qui coïncide avec la saison pluvieuse de Kashkazi. Toutefois, il appelle, tout comme la direction de la sécurité civile, à la vigilance des villes côtières et les sorties en mer. « La vigilance doit être primordiale comme les baignades sur mer et les petites embarcations. Il faut éviter les risques », a-t-il expliqué.

Cependant, il y a quelques risques sur certaines zones comme les inondations, les débordements des rivières. Les habitants des zones basses, doivent prendre quelques mesures de sécurité préventives comme les drainages, il faut couper les arbres, et suivre les informations. Selon lui, toujours la situation va revenir à la normale en fin de semaine. Notons que le cyclone Cheneso le premier de la saison a son impact direct sur une terre habitée du Sud-ouest de l’Océan indien à Madagascar.

Andjouza Abouheir

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)