La Gazette

des Comores

Les grévistes de Samba risquent des sanctions

Les grévistes de Samba risquent des sanctions © : HZK-LGDC

Suite à la conférence animée par certains agents de l’hôpital de Samba Kouni concernant leurs conditions de travail, la direction du CHN El-Maarouf monte au créneau et parle d’allégations et fausses informations par une partie des agents en poste au site de prise en charge des patients Covid-19. Pour la direction, cette conférence organisée à l’insu de l’administration constitue « une atteinte à l’ensemble de la communauté hospitalière. Les manquements aux obligations élémentaires et à la déontologie seront traités avec fermeté ».


24 heures après avoir annoncé un effectif réduit et menaçant de partir en grève d’ici 48 heures, le personnel soignant de Samba Kouni a poussé la direction du centre hospitalier national El Maarouf à réagir. Elle tente de sauver les meubles et parle de fausses informations diffusées par certains agents de Samba Kouni. La direction rassure que « contrairement aux allégations des agents, le CHN a recruté tous les bénévoles affectés ou volontaires, en contrat à durée déterminée ou indéterminée. Ainsi, plus d’une vingtaine de personnes ont bénéficié de ces mesures ».

Dans un communiqué datant du 29 décembre, le CHN montre qu’il est pleinement mobilisé dans la lutte contre la Covid-19. Et en accord avec les autorités de tutelle, le CHN a consacré 73.000.000 Kmf afin de financer le personnel dédié, comprenant: les salaires des contractuels, primes et indemnités. « Ce montant correspond par exemple, à plus de 36.000 consultations spécialisées. Ainsi, le paiement de la totalité du personnel contractuel du CHRI de Samba Kouni a été maintenu, y compris durant les périodes de sous-activité. L’ensemble des gardes effectuées par le personnel sont indemnisées depuis avril 2020 », précise-t-il. 

La direction rappelle que le fonctionnaire est tenu de servir les intérêts de la nation avec efficacité, loyauté, dignité, dévouement et intégrité. « Tout fonctionnaire doit servir partout où besoin sera et là où le service public l’exige. Bien que l’évolution des acquis sociaux soit un signe de progrès et que des plaidoyers soient régulièrement faits auprès des autorités, notamment pour l’attribution de bonus, la conférence de presse sur le site de Samba Kouni, organisée à l’insu de l’administration, constitue une atteinte à l’ensemble de la communauté hospitalière. Les manquements aux obligations élémentaires et à la déontologie seront traités avec fermeté », peu-on lire dans le communiqué.

Et la direction d’ajouter que « l’amélioration des conditions de travail est une préoccupation constante et des avancées significatives avaient déjà pu être négociées avec les autorités. Enfin, le droit de grève est encadré par la loi, un ultimatum de 48h, adressé par voie de presse est une menace à la continuité du service public qui n’est pas acceptable. L’ensemble des mesures appropriées visant à garantir l’accessibilité aux soins, sont mises en œuvre par l’établissement », laissant entendre des sanctions éventuelles.

Andjouza Abouheir

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)