La Gazette

des Comores

Le Pass sanitaire obligatoire à Mutsamudu

Le Pass sanitaire obligatoire à Mutsamudu © : HZK-LGDC

Contestée par une partie de l’opinion, le pass sanitaire est devenu obligatoire à Mutsamudu Beaucoup d’anjouanais se plaignent de ne pas pouvoir accéder à la capitale espérant avoir quelques sacs du riz pour nourrir sa famille. Le barrage est mis devant le magasin d'Ismael Idarouss à Mtsanga Mhuni.


A défaut d'une loi, on ne peut pas imposer le vaccin à la population. A Anjouan, les autorités de l’île exigent le pass sanitaire pour pouvoir entrer à Mutsamudu. Des gendarmes sont postés partout pour vérification. Les passagers n'ayant pas pu se vacciner n'ont qu’un seul choix, c’est de retourner d’où ils viennent. « Incroyable. Cette décision qui tombe du ciel prouve que nos médecins sont très politiques. Inadmissible d'imposer des lois non votées », lance Chakir Ali alias Saïd Mdukani, qui conteste sans réserve cette décision.

Lundi dernier, date limite de la deuxième dose de la troisième cohorte est devenue un jour noir chez bon nombre d’habitants de plusieurs régions plus reculées qui n’ont pas pu se vacciner. Said Hamza Jaffar, un citoyen rencontré à Mutsamudu approuve cette décision. « On recherche l’immunité collective. Donc pas question de réserve ou d'échappatoire. La décision est très bonne », soutient-il. Ce dernier renforce son argument aussi par l’arrivée du Variant Delta. « C’est vrai, le vaccin n’arrête pas la Covid-19 d’entrer dans notre organisme mais il attenue les formes graves du virus », poursuit-il.

A noter que des fortes rumeurs circulent à Mutsamudu faisant état d’une possible décision rendant obligatoire la carte de vaccination devant les guichets de certaines institutions financières, pour le paiement des salaires des agents de l’Etat de ce mois de novembre. Mais ce n’est qu’une rumeur.

Nabil Jaffar

 

 

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)