La Gazette

des Comores

La fécondation in vitro en expérimentation à Anjouan

La fécondation in vitro en expérimentation à Anjouan © : HZK-LGDC

La Fécondation In Vitre (FIV) est opérationnelle dans l’ile d’Anjouan pour la première fois. Et trois femmes sont en phase d’expérience, c’est-à-dire que l’implantation de l’embryon de ces trois femmes sur 10 sous traitement. Le Dr Kader Said Ali et les deux spécialistes indiens respectivement embryologiste et gynécologue, Dr SAURABH et Dr SARABJEET Singh ont depuis le mois de juillet dernier lancé ce coûteux projet pour la fécondation in-vitro à Anjouan.


La FIV oblige quatre étapes très importantes pour espérer avoir un enfant. Des traitements et ses bilans sont exclusivement importants sur les étapes cruciales. Selon le gynécologue Dr Kader, ce projet est privé et très coûteux. Nos enquêtes en ligne estimeraient ces équipements à 150 millions de francs comoriens. « La stimulation ovarienne, le recueil des cellules sexuelles mâles et femelles (les gamètes), la fécondation (soit par technique conventionnelle, soit par ICSI) et le transfert des embryons dans l'utérus demandent beaucoup d’argent » explique le Dr Kader avant de préciser que « trois transferts immédiats sont déjà réalisés et on est en attente des résultats après cycle ».

 

La FIV est une première aux Comores et jusqu’à maintenant trois embryons sont transférés dans l’utérus sur 10 couples pris en charge. Une bonne nouvelle pour les familles souffrant de stérilité, mais Dr Kader revient à conseiller les couples, surtout les femmes de moins 35 ans qu’elles ne doivent pas tarder à venir. « La FIV est idéal à moins de 35 ans pour des raisons de santé liées à l’âge de la femme», dit-t-il. Depuis juillet dernier, les spécialistes comoriens et indiens ont travaillé en concert pour y arriver à ce premier constant qui comptabilise 10 couples pris en charge dont trois femmes ont eu la chance d’avoir un « transfert des embryons».

La fécondation in vitro (FIV) est une méthode de reproduction assistée qui offre de l'espoir aux couples ayant des problèmes de fertilité. Anjouan devient alors la première île de l'archipel des Comores à proposer ce service médical. Cette avancée est une lueur d'espoir pour les couples en quête d'une aide pour fonder une famille. Cependant, le coût élevé de la FIV reste un défi pour de nombreux couples aux Comores. Actuellement, les deux médecins indiens qui viennent de rentrer chez eux, seront de retour à Anjouan en décembre. Et les trois femmes sont sous traitement en attendant la fin de cycle. A rappeler que la fécondation in vitro (FIV) consiste à reproduire au laboratoire ce qui se passe naturellement dans les trompes : la fécondation et les premières étapes du développement embryonnaire. Elle se déroule en six étapes à commencer par la consultation.

 

Nabil Jaffar

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.