La Gazette

des Comores

Rencontre entre Mouigni Baraka et Azali « Je suis allé lui dire les 4 vérités en face »

Rencontre entre Mouigni Baraka et Azali  « Je suis allé lui dire les 4 vérités en face » © : HZK-LGDC

Suite à sa rencontre avec le président Azali Assoumani, l’ancien gouverneur Mouigni Baraka explique, en long et en large ce qui a été dit à cette rencontre de Beit Salam. Selon lui, il est allé dire au chef de l’Etat les vérités en face.


12 jours, jour pour jour, après sa rencontre avec le chef de l’Etat, l’ancien gouverneur et président du CNT Mouigni Baraka, a organisé un rassemblement populaire à Ntsudjini hier 21 septembre. Devant une foule nombreuse composée essentiellement de notables et cadres fidèles à ses idées, il explique le pourquoi et le comment, lui et Idi Boina, ont accepté l’invitation de Beit Salam. « Tout ce qui se passe là-bas m’interpelle puisque l'intérêt du pays prime sur les intérêts personnels », dit-il, tout en insistant qu'il ne cherche ni un poste ministériel ni une direction.

Sa réunion dite "populaire" est placée sous le signe de la pénurie alimentaire, la vie chère, la relance et la redynamisation de leur lutte pour le retour à l'ordre constitutionnel rompu en 2018, le respect des libertés individuelles et collectives et des accords de Fomboni. « Le statu quo de cette situation inédite m'a profondément interpellé sur ma propre conscience en tant qu'ex gouverneur de Ngazidja et actuel résistant et opposant au régime en place aujourd’hui. Nous devons en sortir car les comoriens sont fatigués. Ils n'en peuvent plus avec ces querelles sans fin et sans véritables perspectives de sortie de crise », avance-t-il.

Suite à une lettre du président Azali l'invitant à un entretien afin d'examiner ensemble les voies et moyens pour sortir de cette crise économique, politique et institutionnelle, le candidat malheureux aux élections présidentielles de 2019 a décidé d'être transparent en rendant public le contenu sa rencontre avec le président Azali. « D'autres personnes ont choisi d'aller le voir en toute discrétion et à l'insu du peuple. Devrais-je refuser l'invitation du Colonel et me résigner face à cette situation économique au bord de l'explosion ? Devrais-je penser à ma personne, à mon image et à ma carrière politique alors que le pays est au bord de l'abime ? » se demande-t-il.

Ainsi, Mouigni Baraka affirme qu'il va continuer le combat politique à savoir la lutte contre le régime actuel. C'est pourquoi il appelle tout le monde (les opposants d’Azali) de retourner dans leurs régions pour étudier l’éventuel plan B. Les deux personnes ont parlé de la justice, le retour à l'ordre constitutionnel, la paix, la sécurité, les libertés et la bonne Gouvernance démocratique. « Les Comoriens veulent en finir avec les emprisonnements politiques, les atteintes aux libertés individuelles et collectives, les meurtres sans procès, les injustices et la terreur. Ils en ont assez de ce régime autoritaire qui dilapide et détournent des fonds publics, installe la corruption à ciel ouvert et creuse les inégalités entre les citoyens. Pour lui, les Comoriens veulent un retour à l'ordre constitutionnel et le respect des accords de Fomboni, gages d'une alternance politique apaisée et d'une prospérité économique et financière ».

Ibnou M. Abdou

 

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)