La Gazette

des Comores

Question de Mayotte: Me Aticki Youssouf s’indigne contre les propos de Marcel Escure

Question de Mayotte:  Me Aticki Youssouf s’indigne contre les propos de Marcel Escure © : HZK-LGDC

Après la déclaration de Marcel Escure, sur info kwezi de Mayotte précisant que Mayotte est française, la réaction des comoriens ne s’est pas fait attendre. Le président du comité Maoré monte au créneau pour fustiger Marcel Escure qui se serait que la main obscure de la France dans l'Océan Indien. Sa mission devrait prendre fin pour espérer une vie en harmonie dans notre zone.


C’est à la préfecture de La Réunion que Vêlayoudom Marimoutou, secrétaire général de la COI et Marcel Escure, ambassadeur délégué à la coopération régionale dans l’Océan Indien, ont présenté les enjeux de la nouvelle présidence française de la commission. La sécurité maritime, économie bleue et mobilité sont au cœur des priorités. C’était l’occasion pour Marcel Escure de s’exprimer sur la question de souveraineté qui oppose la France aux Comores. « Mayotte est française », affirme-t-il.

Après cette affirmation, les réactions n'ont pas tardé à tomber à Moroni. Après le communiqué du ministère des affaires étrangères, c'est le tour du comité Maore de s'indigner. « Marcel Escure n'est que la main obscure de la France dans l'Océan Indien. Sa mission devrait prendre fin pour espérer une vie en harmonie dans notre Zone. Tout comme l’occupation illégale par la France de l’île comorienne de Mayotte, pour une paix entre nos îles », avance le président du comité Maore Me Aticki Youssouf. Selon lui, Marcel Escure n'est pas comme le docteur Martial Henry, celui qui a toujours donné des remèdes à notre peuple pour que nous vivons en paix. Il a connu comment le peuple comorien des quatre îles vivait avec les autres pays de la Zone Océan Indien. Or la position de ce nouvel ambassadeur délégué à la coopération régionale, est contraire aux multiples textes internationaux. « C'est une agression grave à l'endroit de la souveraineté de notre pays. Nous pensons qu'au lieu d'un communiqué se limitant à rappeler le modus vivendi, notre pays devrait demander des sanctions pour ces agresseurs puisqu'ils violent les principes fondateurs de cette organisation (COI) », demande-t-il. Nous avons depuis septembre 2020 un nouvel instrument révisé à Arusha (en Tanzanie).

Selon cet avocat au barreau de Moroni, le règlement intérieur de la Cour Africaine révisé en septembre 2020 donne le droit de la saisir pour la question même de l’occupation illégale de Mayotte et des violations qui s’en suivent. « Le pays devrait mettre en oeuvre la 39e règle de ce texte en son point (f), ce nouveau dispositif juridique mis à jour en avril dernier n'exclu pas l’entente entre les pays "amis", mais pourra mettre un terme à toute forme d'intimidation ou d'humiliation et faire triompher le Droit conformément aux multiples résolutions des Nations Unies. Les conclusions de l'info Kwezi exposent la complicité du rédacteur et ses encouragements à l’endroit de l'agresseur, mais nous savons qui tient cette plume », conclut-il.

Nassuf Ben Amad

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (1)