La Gazette

des Comores

Ndzuwani Unie et M17 emboîtent le pas au Front commun

Ndzuwani Unie et M17 emboîtent le pas au Front commun © : HZK-LGDC

Après le Front commun élargi, c’est au tour de Ndzuwani Unie et M17 de boycotter les élections de 2024. Ni plus ni moins, les deux mouvements politiques affirment leur totale adhésion au rejet du processus électoral.


Trois jours après que le Front commun ait annoncé à travers un communiqué son intention de ne pas participer aux élections de 2024, Ndzouani Unie et M17 s’alignent à leur tour à cette position. Dans un communiqué du 5 septembre dernier, les deux mouvements affirment leur totale solidarité. « Le temps est désormais à l'unité d'actions pour mettre rapidement fin à la dictature criminelle du Colonel putschiste et multirécidiviste Assoumani Azali, coupable de haute trahison et d'atteinte à l'intégrité territoriale de notre pays et l'unité de notre peuple », lit-on dans ce communiqué parvenu à La Gazette.

Ces opposants renouvellent leur appel à tous les patriotes et démocrates dans l'archipel des Comores et dans la diaspora à poursuivre la mobilisation populaire en vue du rétablissement de l'ordre constitutionnel issu de l'Accord cadre de réconciliation nationale du 17 février 2001, garant de l'unité nationale et de la stabilité politique des Comores. « Ndzuwani Unie et M17 sont convaincus que la Communauté Internationale saura tirer les enseignements des mutations en cours en Afrique, fondées sur la quête de l'état de droit, et qu'elle finira par se mobiliser et à se déployer pour contribuer à l'émergence d'un climat de démocratie, de transparence et de bonne gouvernance, leviers cruciaux pour l'avènement dudit état de droit », ont-ils lancé, tout en rappelant à la communauté internationale à honorer ses engagements pris à Fomboni (Mohéli) en aidant dans les meilleurs délais à la résolution de la crise qui menace la paix aux Comores et dans la région.

Rappelons que le Front commun écarte toute participation aux élections. La motivation n’est autre que l’attente d’une réponse sur les conditions préalables qu’il a soumises à la communauté internationale, sans lesquelles, l’opposition ne saurait participer à une « mascarade  électorale manifestement jouée d’avance ».

Andjouza Abouheir

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.