La Gazette

des Comores

Le parti Orange prend ses distances

Le parti Orange prend ses distances © : HZK-LGDC

C’est lors d’une réunion de sensibilisation tenue à Nioumadzaha ya Bambao que le porte-parole du parti a annoncé la couleur : « le parti Orange assume le bilan du pouvoir de 2016 à 2021 », soit jusqu’au remplacement de Mohamed Daoudou au ministère de l’intérieur au mois d’août dernier. En revanche, le parti « n’est pas comptable des actions entreprises par le régime » au-delà de cette période


C’est désormais officiel. Le parti Orange de l’ancien premier flic des Comores (entre juin 2016 et aout 2021) Mohamed Daoudou alias Kiki, a annoncé ne plus soutenir le gouvernement Azali, et pour cause. Selon son porte-parole Mohamed Toiaanmou, Orange veut prendre son destin en main. Il se libère du joug du régime en place. « Nous assumons le bilan de la période pendant laquelle le parti Orange était dans le gouvernement. Mais dorénavant, nous ne sommes pas comptables des actions du régime », devait annoncer Mohamed Toiaanmou lors d’une réunion de sensibilisation organisée à Nioumadzaha ya Bambao la semaine dernière, à laquelle avait pris part le gratin du ladite formation politique.

 

Le porte-parole montre que ce recul permettra au parti de se réorganiser en vue des prochaines échéances électorales. Il n’a pas manqué de rappeler que le parti Orange a su s’imposer aussi bien aux législatives qu’aux communales. Un rappel qui peut vouloir dire que pendant la présidentielle de 2024 pour la présidentielle et les gubernatoriales, et 2025 pour les législatives et communales, la formation politique de Mohamed Daoudou présentera des candidats.

 

Cette annonce intervient alors que l’ancien ministre de l’intérieur vient de décliner le poste de conseiller spécial auprès du chef de l’État après le remaniement ministériel du mois d’aout. Mais pour le porte-parole, c’est juste une envie d’indépendance et non une rupture. « Orange s’organise et renouvelle ses structures régionales, tout en sensibilisant ses militants d'œuvrer pour préserver la stabilité et lutter contre la vie chère à l’instar des actions menées par Mbalia, coordinateur dans la région de Mitsamihouli », devait-il soutenir, avant de tordre le coup aux rumeurs qui supposent que l’Orange et la CRC sont désormais devenus ennemis : « Le parti Orange est dans la dynamique de l’émergence de la Mouvance. Et en tant qu’acteur, nous assumons l’action du gouvernement depuis le 6 juin 2016 jusqu’au 26 aout 2021 ».

 

Nassuf Ben Amad

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)