La Gazette

des Comores

Le G10 est pour le dialogue inter-comorien, mais préconise la libération des prisonniers politiques

Le G10 est pour le dialogue inter-comorien, mais préconise la libération des prisonniers politiques © : HZK-LGDC

Dans une rencontre avec la presse qui a eu lieu samedi dernier à Moroni, le G10 (Un groupement des partis de la majorité présidentielle) se dit favorable au dialogue prôné par le chef de l'Etat. D'après Mohamed Abdouloihabi, président de ces dix partis, ce dialogue ne doit pas être un discours mais il faut poser des actes tant au niveau des partis du pouvoir que ceux de l'opposition à commencer par la libération de tous les prisonniers politiques.


Le président de la République continue de plaider pour un dialogue pour les comoriens. Dans ses discours du 26 mai et du 06 juillet dernier, Azali Assoumani tend la main à l'opposition nationale. Il plaide pour un dialogue inter-comorien et constructif. Pour le G10, dix partis politiques proche du pouvoir, ce dialogue est possible si et seulement s'il y a une sincérité dans les deux camps. « Discuter sans qu'il y ait sur la table de négociations du côté du pouvoir, c'est utopique », lance-t-il. Cet ancien président de Ngazidja appelle le pouvoir à avancer des propositions concrètes afin de rendre possible ce dialogue cent pour cent comorien. « Pour commencer, il faut libérer par grâce présidentielle tous les prisonniers politiques mais aussi qu'il y ait une loi d’amnistie pour libérer ceux qui ne sont pas jugés et qui ont un grand poids dans ces négociations », poursuit-il.

Autre point avancé par le G10 devant la presse, il s’agit de l'application des assises nationales tenues en 2017. Pour nous « c'est le feuille de route absolue pour les Comores émergents ». « Dans les conclusions des assises, il y a entre autres l'unité nationale, la place de l’opposition, la place de la diaspora ainsi que l'unité des iles. Et la crise économique qui secoue le monde dont les Comores font partie, les conclusions des assises préconisent une solution », avance-t-il.

Ainsi, le G10 se demande pourquoi jusqu'à maintenant il n'y a pas des concours pour recruter dans la fonction publique comorienne ? Par rapport au gouvernement d’exil, le G10 s’interroge sur le silence du ministère des affaires étrangères. « Notre diplomatie doit interroger les pays où se logent ces gouvernements pour savoir ce qu'ils pensent par rapport à cette question », interpelle-t-il.

Ibnou M. Abdou

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (3)

  1. Bashrahil:
    15/07/2021 à 06:05 AM

    0

  2. Bashrahil:
    15/07/2021 à 06:05 AM

    0

  3. ABDOU-EL-KASSIM ALI ALI ABDOU:
    15/07/2021 à 08:13 AM

    0