La Gazette

des Comores

Création de la Coordination du dialogue national : L’opposition est restée sur sa faim

Création de la Coordination du dialogue national : L’opposition est restée sur sa faim © : HZK-LGDC

Pour Mouigni Baraka Said Soilihi, il s’attendait à la révocation du Coordinateur du dialogue nommé depuis 2 mois, tandis que pour le parti Orange, le décret (portant création et organisation de la Coordination du dialogue national) reste silencieux sur ce qui est du mode de désignation des membres devant composer ladite Coordination.


Le décret portant création et organisation de la Coordination du dialogue national, signé le 23 novembre par le chef de l’État Azali Assoumani, a reçu un accueil mi-figue, mi-raisin. « Nous avons exigé la libération de tous les prisonniers politiques avant d'entamer le dialogue. De même, nous nous étions opposés à la façon dont est désigné le coordinateur du dialogue, choisi par Azali lui-même sans aucune concertation avec quiconque. Mais Azali n’en fait qu’à sa tête. Nous ne tenons pas compte de son décret, pour nous il est nul et non avenu », tempête de son côté Ibrahim Abourazak alias Razida, contacté par La Gazette des Comores.

 

Même son de cloche pour l’ancien gouverneur de Ngazidja Mouigni Baraka Said Soilihi. « Le dialogue c’est Azali. C’est à cela que se résume ce décret », dit d’emblée l’ancien locataire de Mrodjuu. « Pour nous, la création de la Coordination du dialogue national est un non-évènement. Nous nous attendions à ce qu’il prenne du recul pour repartir sur des bases saines, en révoquant notamment le coordinateur qu’il a nommé sans impliquer qui que ce soit. Ce décret [portant création de la Coordination] c’est du mépris ». L’opposant rappelle que jusqu’à preuve du contraire l’opposition n’a pas rejeté le dialogue. « Seulement, nous n’avons pas les garanties nécessaires. Il n’est pas parvenu à nous rassurer ». Il citera aussi bien les prisonniers que les exilés politiques dont le sort préoccupe les opposants.

 

Interrogé également, le parti Orange qui a dit il y a quelques semaines prendre ses distances vis-à-vis du régime, dit avoir « bien » accueilli le décret en question car, estime le parti de l’ancien ministrre de l’intérieur Mohamed Daoudou, les choses ont évolué et sont devenues un peu plus claires qu’auparavant. Le parti Orange regrette toutefois que le décret ait fait l’impasse sur le mode de désignation des membres devant composer la Coordination. « Le décret n'a pas précisé comment se fera la désignation des membres de la Coordination, encore moins sur la mise en œuvre des conclusions et de leur suivi », fait savoir le porte-parole Mohamed Toiaanmou.

 

Nassuf Ben Amad

 

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)