La Gazette

des Comores

Scission de la SNPSF : Une nécessité absolue

  •  
  •   admin
Scission de la SNPSF : Une nécessité absolue © : HZK-LGDC

La décision prise, de créer deux sociétés commerciales autonomes à la place de la SNPSF est à mon avis une nécessité absolue, au vu de la situation de l'entreprise, qui a une branche financière en difficulté et une branche postale, qui est réduite à un service minimum (bien que la masse salariale soit à son maximum).


Avant 2004, le secteur bénéficiait d'une certaine stabilité, fort du regroupement de la poste et des télécommunications sous une seule administration. Toutefois, au fil du temps, le secteur a été obligé de se transformer sous la contrainte de la Banque Mondiale et le FMI. Ce qui a débouché à la scission entre la SNPSF et Comores Telecom. Malheureusement avec la nouvelle branche financière créée à la va-vite, sans une réelle vision à long terme et surtout sans la gouvernance et l’expertise nécessaire pour mener à bien les missions d'une banque postale (sans parler des détournements de fonds), elle est aujourd’hui agonisante et n'intéresse même pas d’éventuels repreneurs.

 

La branche des services postaux quant à elle est confrontée à la baisse progressive des volumes de lettres, les évolutions technologiques, la concurrence, les nouveaux besoins de la clientèle et les mutations de l’environnement global des services postaux. Il était donc temps de reformer le secteur, en scindant encore une fois la société en deux sociétés commerciales autonomes et juridiquement indépendantes. En effet toutes les ressources étaient mises dans la branche financière au détriment des services postaux qui n'arrivent plus à assurer leurs missions premières qui sont de garantir « à tous les usagers, de manière permanente et sur l’ensemble du territoire national ; ses services postaux répondants à des normes de qualité déterminés (...) ».

 

La Poste doit aujourd’hui subir une mutation profonde, pour pouvoir répondre aux nouveaux enjeux, en utilisant au mieux les nouvelles technologies et en contribuant à la mise en place de l'écosystème de l'e-commerce, des colis express, colis internationaux et surtout en assurant la continuité territoriale sur l'ensemble des îles. Quant à la Banque Postale, elle doit être en charge de la mission de service public pour l'accessibilité bancaire, et engagée en faveur de l’inclusion bancaire au service de tous les citoyens. Elle doit avoir pour vocation de répondre aux besoins de tous. Jeunes, familles, actifs, retraités, collectivités locales, associations, professionnels et entreprises et elle doit proposer à chacun une gamme de produits adaptés à ses besoins. Elle doit surtout assainir au plus vite sa situation financière.

 

Mais tout cela semble très beau sur les papiers, et le challenge c'est de maintenant pouvoir mener cette opération chirurgicale sur le terrain avec toutes les contraintes sociales, financières et politiques. Cette scission ne réussira que si le gouvernement fait comme à l’accoutumée, c'est à dire laisser pourrir la situation avec une commission chargée de la scission aux couleurs plus politiques que techniques et opérationnelles, qui accouchera d'une scission mal négociée tant socialement (avec les employés), que financièrement (la scission va avoir un coût et la question des « dettes douteuses » n'a pas été solutionnée même si le gouvernement dit vouloir créer un fonds dont on ne sait comment il sera alimenté). On risquerait encore une fois de se retrouver, d'ici quelques années, dans la situation de la SNPSF d'aujourd'hui...mais là nous n'aurons plus rien à scinder en deux.

 

Fahmy Thabit

Entrepreneur et ancien Président de l'UCCIA

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)