La Gazette

des Comores

Moufti Said Mohamed Abdouroihmane : « Visionnaire, Défenseur de la Foi et de la Liberté »

  •  
  •   admin
Moufti Said Mohamed Abdouroihmane :  « Visionnaire, Défenseur de la Foi et de la Liberté » © : HZK-LGDC

Said Mohamed Abdouroihmane, également connu sous les noms de Fundi Sayyidi Mhamadi, Cadhu Sayyid Mhamadi, Cadhu’l Cudhwat Sayyid Mhamadi et Mufti Sayyid Mhamadi, était une figure multidimensionnelle dans l'histoire des Comores. Né en 1912 à Hahaya dans la région d'Itsandra-Hamanvu, il provenait d'un héritage mixte, sa mère étant originaire de Hahaya et son père de Ntsoudjini et Mbéni.


Il a reçu une éducation coranique de base à Hahaya et Mbeni, puis a poursuivi son enseignement théologique à Zanzibar à l'âge de 17 ans, où il a étudié diverses disciplines. Il a été désigné cadi de Pemba par Alhabib Omar Bin Sumayth, qui était Moufti de Zanzibar en 1939, d'où son voyage aux Comores pour rendre visite à sa mère et lui annoncer la bonne nouvelle. En 1939, alors que la Seconde Guerre mondiale éclatait, il choisit de rester aux Comores. D'ailleurs, il était sur le point d'être enrôlé et envoyé au front. Mais grâce au Prince Said Ibrahim, il a été enlevé des "vagabonds", terme utilisé pour désigner les engagés.

Pendant l'autonomie interne, c'est lui suite à la révolution zanzibarite qui mettait fin en 1964 à 200 ans de domination d'une élite arabophone, qui ait proposé au Président Said Mohamed Cheikh de rapatrier Alhabib Omar bin Sumayth aux Comores et par la suite nommé 1e Moufti des Comores.

Moufti n’était pas qu’un religieux. Il n'était donc pas étonnant de le voir à la tête du cortège d'une manifestation en soutien à la grève des lycéens de 1968 réclamant leur libération après que ces derniers, retenus contre leur gré au sein du lycée, l'aient adressé un message pour dénoncer leurs conditions de rétention.

Il a prononcé une brève allocution après le Président Ahmed Abdallah à la chambre des députés lors de la déclaration unilatérale de l'indépendance des Comores. Auparavant, quand les différents chefs de partis et guides politiques se sont réunis pour décider que la seule voie était l'indépendance, ils se sont consentis d'adresser un courrier à ce sujet, qu'est le projet d'indépendance, au Haut-commissaire de la république. Mais ironie du sort, personne n'osait transmettre ce courrier, avec un sujet hautement sensible à l'époque. Il l'a pris et l'a transmis en main propre. C'était le prélude au niveau local du processus.

Il a ainsi joué un rôle important dans le processus d'accession à l'indépendance et même après, car en tant que Moufti, il osait se confronter au gouvernement quand il estimait agir pour l'intérêt général. C'est pour cela qu'il a osé défier le mercenaire Bob Denard après l'assassinat du président Ahmed Abdallah par ces termes : 'Creuse une seconde fosse pour m'enterrer moi aussi, mais le président ne sera pas enterré dans cette fosse sans suivre les rites musulmans'.

Il était également un membre éminent du 'Majmuw Al Fiqh', le grand conseil juridique islamique en Arabie Saoudite, où il a émis de nombreux avis juridiques, notamment ceux relatifs à la planification familiale et au don d'organes. Son implication dans des sujets aussi cruciaux témoigne de sa volonté d'appliquer les principes de l'Islam aux enjeux contemporains, tout en respectant les valeurs et les besoins de la communauté. Cette contribution renforce son statut en tant que leader religieux influent, dont les enseignements et les avis ont eu un impact notable tant au niveau local qu'international.

Il était à l'origine, avec un autre dignitaire religieux Said Hadi, de l'octroi de bourses à des étudiants comoriens pour enrichir leurs connaissances. Ils se sont investis dans cette mission en sillonnant plusieurs pays, notamment l'Arabie Saoudite et le Soudan, afin de préparer la relève.

Il est clair que Said Mohamed Abdouroihmane a eu un impact significatif sur les Comores, non seulement en tant que leader religieux, mais aussi en tant que figure marquante de l'histoire et de la culture comorienne."

 

Said-Ali SAID-MOHAMED

Spécialiste en Information et communication

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.