La Gazette

des Comores

Habari za udunga: Les enfants de demain

Habari za udunga: Les enfants de demain © : HZK-LGDC

Les enfants d'aujourd'hui seront les parents de demain, ça c'est l'image que nous utilisons pour la sensibilisation et autres activités de mobilisation. Et pourtant à y regarder de plus près on n'est pas très rassuré par la situation que nous observons chaque jour dans nos familles, dans nos quartiers, villages et villes.


Les conventions et autres parchemins sont, le plus souvent, loin des réalités quotidiennes des enfants. Combien sommes-nous, à être indifférents, au petit garçon ou à la petite fille qui nous vend des pistaches à l'heure où il (ou elle) devait être dans une école quelconque, chaque matin, des petits bonhommes jouent au football à la place de l’indépendance au moment où tous les autres prennent le chemin de l'école. Sans parler des milliers d'autres dans les quartiers populaires.

 

Quelques exemples qui nous montrent que nous sommes en train de bâtir une société de l'exclusion, qui ne dit pas son nom. Car, il ne faut pas se mettre le doigt dans l’œil, pourparler crûment, tous ces jeunes ne voudront pas assumer le rôle de parents, car ils ont rarement vu les leurs. Et, pour jouer le rôle de parents, il faut vivre dans des structures stables tant aux niveaux des institutions qu'au niveau social.

 

Nos femmes libérées se battent pour faire adopter un code de la famille, dont on ne sait pas où il va s'appliquer, dans la mesure où chaque jour qui passe rien ne se passe. Les ministères voués à "la moitié du ciel" n'ont jamais manqué sous les cocotiers. Mais combien d'entre elles ont marqué le sort des femmes.

 

Il est temps de tirer la sonnette d'alarme, car nous courons à la catastrophe, si nous persistons à continuer dans cette voie, dont l'issue ne peut-être que l'anarchie pour ne pas dire le chaos. Sans perspectives pour la grande majorité de nos jeunes, rien de solide ne sera construit. Une société qui ignore ses enfants est une société déboussolée. S'occuper de l'université c'est bien, mais s'occuper des plus petits, c'est mieux. Iduku kalele mwana.

 

Mmagaza

 

(Paru 15 mai 2004)

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)