La Gazette

des Comores

Elève « radié » de l’Ecole Muigni-Baraka : Droit de réponse d’un parent d’élève

  •  
  •   admin
Elève « radié » de l’Ecole Muigni-Baraka : Droit de réponse d’un parent d’élève © : HZK-LGDC

Vous avez, peut-être ou sans doute lu un article que LGDC a publié dans ses colonnes du 26 octobre 2021 intitulé « un élève agressé au couteau puis radié de son établissement ». Cette affaire m’interpelle en tant que parent d’élève de cet établissement ayant suivi de très près cette histoire. D’abord, parce que je vois se perpétuer, non seulement des mensonges médiatisés (agression au lieu de menace », ou un mimétisme absolu de faire comprendre que nous aurions à faire avec une autre forme de délinquance scolaire, mais aussi et surtout une nette volonté de nuire à l’image d’une des écoles symboles de réussite scolaire nationale. Face à cette posture médiatique que je juge introvertie de la part du parent de l’élève en question, je réagis.


D’abord, les faits

Nous sommes au mois d’avril 2021, lorsque cette histoire entre les deux mômes concernés s’est déclenchée à l’école. En effet, deux élèves qui se connaissent très bien comme le sont d’ailleurs parfaitement bien leurs parents respectifs se sont, un jour disputés lorsque l’un avait menacé l’autre avec un couteau si ce dernier ne lui donne plus des sous. Le jeune raquetteur aurait saisi la main de son camarade, puis posé un couteau (côté non tranchant) sur la main de son camarade. L’Histoire sera connue, quelques heures après le cours par la Direction, lorsque le parent de l’élève avait saisi l’école. La réaction de l’école ne s’était pas fait attendre car l’autre élève, malgré le lien familial avec les responsables de l’école a été, immédiatement suspendu, le temps de tout comprendre l’histoire.

Quelques jours après, le père de l’enfant victime de la « raquette » est allé se confier au journal Al-watwan comme cette fois à La Gazette. Dans son premier témoignage, il avait mis l’accent sur le manque de confiance qu’un père pourrait naturellement avoir à l’égard de l’établissement, face à la situation. En revanche, rien n’a été mentionné concernant la réaction de l’école qui avait renvoyé le camarade mis en cause. Puis, le père parle d’agression au lieu de « menace ». L’enfant a fini son année dans l’établissement, mais l’école a rappelé le parent le fait assumé qu’il n’a plus confiance à l’école, et que l’école n’allait pas garder leur enfant à la rentrée 2021/2022. Le contrat est donc rompu et il aura donc été averti bien avant. Cette seconde sortie à la Gazette serait-elle l’aboutissement d’un coup de colère de plus ? Mais pourquoi le choix des médias aux lieux et à la place du Ministère de l’Education Nationale et la Justice pour une affaire qu’il juge très grave et une injustice dont serait victime l’enfant ?

Oui, l’école Muigni Baraka est l’une des meilleures où nos enfants sont en sécurité

Parent de deux filles dans ce même établissement que j’ai moi-même fréquenté dans mon adolescence, je ne peux laisser passer un tel témoignage. Je sais très bien que ni les responsables de cette école, encore moins de nombreux parents ne se seraient inquiétés de cette propagande faite par ce parent d’élève, car ils savent très bien que l’établissement fait mieux et accomplit bien son travail d’éducateur. Mais cette prise de position, la mienne m’est naturelle pour rassurer encore plus que non, contrairement à ce que cette histoire veut véhiculer, l’école Muigni-Baraka reste toujours un milieu scolaire sûr, solide et charismatique pour l’apprentissage, le savoir, l’avenir de nos enfants et leur sécurité, une fois à l’école. En aucun moment, nous accepterions que des clichés soient établis à son encontre, que certains essaient de transposer, à de degrés trop surévalués des problématiques souvent vues d’ailleurs liées à ce que les autres appelleraient les délinquances scolaires. Nous avons enfin le devoir, en tant que parents de protéger nos enfants, de ne pas les livrer aux projecteurs médiatiques pour des tas de raisons et objectifs que l’on veut s’en faire en tant qu’adultes.

Abdoulatuf BACAR, Parent d’élève

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)