La Gazette

des Comores

Des élections crédibles : catalyseur de paix, des droits de l’homme et du développement durable

  •  
  •   admin
Des élections crédibles : catalyseur de paix, des droits de l’homme et du développement durable © : HZK-LGDC

Il est établi qu’il existe une corrélation entre la paix, les droits humains et le développement. L’ancien Secrétaire Général des Nations Unies, le regretté Kofi Annan, prix Nobel de la Paix (2001) et grand médiateur de son temps, aimait dire qu’il ne pouvait y avoir de paix sans le développement et vice-versa, et qu’il ne pouvait y avoir de paix et de développement durables sans le respect des droits humains.


Cette vision d’ensemble appelle à considérer ces piliers comme étant interdépendants. Ceci implique qu’au cas où un de ces piliers devenait défaillant, c’est toute la structure qui s’écroulerait. Dans son nouvel Agenda pour la paix, le Secrétaire général des Nations Unies, M. António Guterres, recommande, entre autres, d'accélérer la mise en œuvre de l'Agenda 2030 pour le développement durable afin de s'attaquer aux facteurs sous-jacents de la violence et de l'insécurité.

Le Sommet mondial sur les Objectifs de Développement Durable (ODD) qui sera tenu du 18 au 19 septembre 2023 à New York en marge de la 78ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies, offrira au Gouvernement comorien, l’opportunité de présenter à la communauté internationale les mesures et réalisations nationales dans les domaines de la paix, des droits de l’homme et du développement économique et social, ainsi que de la protection de l’environnement.

Malgré des crises récurrentes qui ont suivi son indépendance en 1975, la société comorienne se caractérise par une culture dominante de paix et de résilience. Au moment où le peuple comorien se prépare à élire en janvier 2024 son Président et les Gouverneurs des Îles, il est primordial que ces élections se déroulent de manière à préserver cette paix de la violence dans toutes ses formes, avant, pendant et après leur déroulement. Des élections crédibles dans un climat apaisé où les citoyens exercent pleinement leurs droits civiques, où les médias, les partis politiques, les candidats et la société civile peuvent se réunir pacifiquement, faire campagne sans crainte, s’exprimer librement et en toute sécurité, compétir ou choisir en toute liberté leurs candidats, contribuent à consolider la paix, tout en favorisant les conditions du développement durable. Des élections libres et crédibles contribueront assurément à la réalisation de la vision du Plan Comores Emergent (PCE) d’une « nouvelle gouvernance qui doit s’enraciner dans une société respectueuse des droits humains, de la démocratie et de l’État de droit ». En effet, comme le souligne La Commission mondiale sur les élections, la démocratie et la sécurité (2012), « le fait que les électeurs soient convaincus que les élections se sont déroulées de façon libre et transparente peut accélérer la mise en place d’une meilleure gouvernance, d’une plus grande sécurité et d’une dynamique d’amélioration du développement humain. En revanche, en l’absence d’élections crédibles, les citoyens n’ont aucun moyen d’obtenir un changement politique pacifique ».

Tout Comorien et toute Comorienne, qu’il ou elle soit leader politique ou citoyen normal, a le droit et le devoir de préserver cette paix bâtie sur l’esprit du vivre-ensemble comorien. Les leaders politiques en particulier ont un rôle capital à jouer ; en privilégiant la tolérance et le respect mutuel, un dialogue sincère permanent pour trouver des solutions pacifiques et consensuelles à leurs divergences, afin de sauvegarder la paix, la stabilité et la cohésion sociale du pays. Aucun Comorien et Comorienne ne devra perdre sa vie, être victime de violence ou de discrimination en exerçant son droit de civique. L’impartialité des institutions impliquées dans l’organisation et la gestion des élections et l’intégrité du scrutin sont des éléments clés à la promotion d’un climat de paix. Ces principes renforcent la confiance des citoyens dans le processus électoral et dans les résultats issus des urnes qui doivent être l’expression de leurs choix. 

L’observation non-partisane des élections par la société civile y compris les médias et les institutions internationales peut également contribuer à renforcer la confiance des citoyens dans le processus électoral. Les médias doivent également pouvoir couvrir le jeu électoral de manière libre, indépendante, impartiale et équilibrée, sans crainte d’intimidations ou de représailles, et cela dans l’exercice de la liberté de la presse, de la liberté d’expression, et du respect de la déontologie de l’information. La presse ne devra en aucun cas devenir un canal de transmission des discours de haine ou d’incitation à la violence, de désinformation, et de manipulation de l’opinion publique, alors que son rôle est d’informer et de contribuer à l’éducation civique des citoyens.

Au moment où le Président de l’Union des Comores assure la présidence tournante de l’Union Africaine, le peuple comorien a une opportunité dorée pour démontrer sa maturité politique au reste du continent et au monde entier, en organisant des élections libres et crédibles, dans un climat apaisé et de respect des droits humains.

Le 10 décembre 2023, le monde entier célèbrera le 75e anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ; un document historique porté par des valeurs qui promeuvent la liberté, la dignité et l’égalité, de tous.  A l’aube des prochaines élections, gardons à l’esprit ces valeurs fondamentales qui constituent notre boussole sur le chemin de la paix et du développement durables que nous voulons.  

                                                                       

Dr. François Batalingaya

Coordinateur Résident du système des Nations Unies

Représentant du Secrétaire Général en l’Union des Comores

 

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (2)

  1. Youssouf Mmadi moussa:
    18/09/2023 à 07:46 PM

    Surce , nous vous sollicitons de bien jouer un rôle capital au sujet de ces élections présidentielles 2024.nous voulons que l
    Touted les institutions electorales soient équilibrées en rajoutant des membres du fron commun .ainsi le jour du scrutin doit être sécurisé l'AMiSEC.comme cela était en 2006.
    Nous sommes confiants de notre demande.

  2. Djamila Abdoulhalim said mensoib:
    19/09/2023 à 05:59 AM

    Oui nous sommes d accord aux prochaines élections a condition que ça va se derouler exactement comme en 2006 par la presence de AMISEC , dans le cas contraire non aux élections