La Gazette

des Comores

La Banque centrale se dote d’nouveau logiciel de supervision

La Banque centrale se dote d’nouveau logiciel de supervision © : HZK-LGDC

Dans le cadre de la modernisation des outils destinés à renforcer dans le pays, la Banque Centrale des Comores (BCC) vient d’acquérir un logiciel de supervision développé par les banques centrales au profit des banques centrales. Ce dernier est conçu pour sécuriser et fiabiliser les données transmises à la banque centrale par les établissements bancaires et financiers.


La banque centrale vient d’acquérir un logiciel de supervision développé par les banques  centrales au profit des banques centrales. Une formation sur les utilisateurs externes à savoir les banques, les mutuelles, et les sociétés de transferts du logiciel BSA (Bank supervision  application) a eu lieu ce mardi à la Banque Centrale des Comores. Ce logiciel est conçu pour sécuriser et fiabiliser les données transmises à la banque centrale par les établissements bancaires et financiers. « La banque centrale communiquait avec les établissements via le format papier. Aujourd’hui les banques centrales modernes utilisent le système, informatisé, automatisé. Cela fait déjà 2 ans que le gouverneur nous a chargé de trouver un logiciel de supervision. Nous avons fait le tour de la région, il y a des logiciels commerciaux et nous avons fait le choix de prendre un logiciel de supervision développé par les banques centrales au profit des banques centrales. C’est pourquoi aujourd’hui on a invité les banques commerciales et les institutions de micro-finance et  les sociétés financières à venir bénéficier d’une formation du logiciel qui s’appelle BSA », explique Fahar El Dine Mohamed, directeur de la surveillance des BEF et de la réglementation à la BCC. 

Ce projet BSA a été lancé en 1997 par le forum IT SADC, un sous-comité des gouverneurs des banques centrales avec l’objectif d’harmonisation de la supervision bancaire dans la région, l’amélioration de l’efficacité et de la qualité de la production dans la supervision bancaire dans la région, en conformité avec les principes de Bale. « Le travail en tant que superviseur est d’analyser  les données  transmises par  les établissements financiers et de faire des contrôles sur place. C’est un outil qui va nous permettre d’améliorer notre façon de travailler », poursuit-il.  

La banque centrale des Comores est le 17e membre à rejoindre cette grande famille composée  des banques centrales des pays de la sous-région, comme le Kenya, Madagascar, Djibouti, Congo, Ethiopie, Mozambique mais également d’autres banques centrales des pays d’Amérique comme Haïti et d’Asie tel le Timor. Le bureau d’appui de BSA, qui s’appelle BSO est situé à la  banco de Mozambique, la banque centrale de la République du Mozambique, responsable pour le développement, l’entretien et qui fournit un support de deuxième niveau pour les utilisateurs du logiciel BSA. 

Andjouza Abouheir

   

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)