La Gazette

des Comores

L’ICBT plaide pour un accès à l’information

L’ICBT plaide pour un accès à l’information © : HZK-LGDC

L’Initiative Citoyenne pour la Transparence Budgétaire a convié la presse ce mercredi pour “la présentation des résultats de l'enquête sur le budget ouvert 2021”. Et ces derniers plaident pour un accès à l’information.


Le souhait de cette organisation de voir le processus budgétaire être accessible à tous les citoyens tient d’un constat, une opacité totale dans le processus d'élaboration du budget aux Comores. A l’initiative de l'International Budget Partnership (IBP), des études sont menées dans 120 pays à travers le monde afin de faire un plaidoyer visant à promouvoir l'accès du public aux informations budgétaires et l'adoption de systèmes budgétaires inclusifs et responsables. Une manière d’impliquer davantage le citoyen à connaître un peu plus le fonctionnement de l’Etat plus particulièrement comment son argent est géré, pour rester simpliste.

 

En tout cas, il y a urgence à mettre en place ces genres d’initiatives. Pour l'année 2021, l'Enquête sur le Budget Ouvert (EBO) est presque inquiétante pour les Comores. L'enquête effectuée par l'ICBF a tourné autour de trois axes majeurs à savoir la transparence, la participation du public et le contrôle budgétaire. Sur ces trois indicateurs, les Comores ont rendu à chaque fois une note négative. Sur les deux premiers, sur une notation à 100 points à chaque fois, les Comores ont fait zéro pointé, pas une surprise dans un pays où la moindre information concernant l’utilisation des deniers de l’Etat est considérée comme secret défense.

 

La loi d’habilitation de l'année 2018 est là pour nous rappeler à quel point il est difficile pour le public d'accéder à des informations qui sont par nature accessibles au grand public par souci de transparence. C’est pourquoi l'ICBT plaide pour ce qu’elle appelle un budget citoyen qui n'a rien d’autre que l’implication de la société (ONG, Société Civile, journalistes…) dans le processus d'élaboration du budget. La finalité de cette initiative est de promouvoir une gestion des finances publiques transparente, responsable et participative.

 

S’agissant du troisième indicateur, avec 33 points sur 100 là aussi, on est loin de la moyenne. Pour résoudre ces manquements, l’ONG appelle les organes (ministère des finances, Assemblée) à user de plus de souplesse pour “ permettre aux membres du public ou aux organisations de la société civile de témoigner lors des débats" ou encore “faire participer activement les communautés vulnérables par l'intermédiaire des organisations de la société civile”.

 

AS Badraoui

 

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)