La Gazette

des Comores

« Si les bateaux ne sont pas réguliers, les pénuries seront fréquentes »

« Si les bateaux ne sont pas réguliers, les pénuries seront fréquentes  » © : HZK-LGDC

Depuis des semaines, le pays est confronté à une série de pénurie des produits de première nécessité. Selon un grand importateur de produits congelés, tant que les bateaux ne viennent pas régulièrement, il y aura toujours des pénuries alimentaires.


C'était le 5 juillet que le bateau Kiara est arrivé au port de Moroni avec 44 conteneurs frigos. Au lendemain un autre est arrivé avec 18 autres conteneurs, ce qui fait 62 conteneurs au total. Une bouffée d’oxygène pour la population qui a connu une crise alimentaire durant presque deux mois. Cependant, les grands importateurs de produits congelés craignent une autre crise si la chaine d’approvisionnement maritime ne retrouve pas son rythme normal.

« Tout d'abord, il faut savoir que c'est une question de bateau. Tant que les bateaux ne viennent pas régulièrement, il y aura toujours une pénurie des produits alimentaires. Certes, la situation est rétablie et les produits carnés peuvent tenir encore jusqu'à un à deux mois. Mais tout dépend aussi de la consommation. Donc, une nouvelle crise est toujours possible », explique un grand importateur de la place. Et lui d’ajouter que « si la fréquence des bateaux revient à la normale, tout ira bien. C'est-à-dire au rythme de deux à trois fois par mois. Mais, dans le cas contraire, on se confronté au même problème. Il est temps que l'Etat et l'UCCIA réagissent afin de trouver une solution ».

Selon lui, le gouvernement doit aussi revoir la situation au port de Moroni. « Il faut qu'il révise les tarifs actuels, alors que notre port ne répond pas aux normes internationales. On n'a même pas un quai flottant au port de Moroni, qui nous permet de revoir les navires », dit-il. Pour rappel, dans notre édition du lundi 05 Juillet 2021, un expert en matière de port soulignait qu'une urgente étude est nécessaire pour la construction d’un quai flottant au port de Moroni permettant de recevoir les navires à temps en attendant à moyen terme la construction d’un port en eau profonde à la Grande-Comore, le respect strict du règlement d’exploitation du port, la diminution des frais d’escale exorbitants des navires au mouillage et des frais fantaisistes de remorquage qui non seulement feront fuir le peu d’armateurs qui touchent Moroni et une manutention des navires performants pour que les navires passent le minimum de temps au port.

Nassuf Ben Amad

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)