La Gazette

des Comores

Une nuit de Jazz à Moroni en mode afro-américain

Une nuit de Jazz à Moroni en mode afro-américain © : HZK-LGDC

Un dîner de Jazz animé par le groupe comorien Jazzylang a été organisé le vendredi 5 octobre dernier. Une première dans le pays. Et surtout une occasion d’apprendre encore plus sur la riche tradition musicale comorienne.


Ce jour-là, c’était une musique qu’on n’avait pas l’habitude d’entendre. C’est le Jazz du groupe comorien Jazzylang. Un vrai spectacle qui a transformé cette nuit en mode afro-américain, qui est le style de la musique. On avait l’impression d’être emporté dans une soirée aux Etats-Unis. C’était purement du jazz classique et surtout en infusant des éléments de la riche tradition musicale comorienne. « Depuis tout petit, 6 ans précisément, j’ai commencé à écouter la musique, surtout le jazz. Je jouais aussi la guitare. C’est mon oncle Daroueche Kassim qui m’a mis sur les rails. J’ai appris toute sorte de la musique : le tango, le tchatcha, le jazz et autres. Après je me suis installé en France où j’ai intégré le conservatoire et poursuivi des études à l’école de jazz de Lyon », avance Mlanao Gilbert Alphonse, professeur de musique et fondateur du groupe. Et de poursuivre : « Je suis aujourd’hui professeur employé au service culturel de la ville de Valence. J’ai participé dans pas mal d’émissions télévisées en tant que membre du jury et j’ai créé des méthodes d’apprentissage de la guitare et de la basse pour les amateurs et les musiciens confirmés ».

Jazzylang est un groupe de musiciens comoriens passionnés de musique depuis de nombreuses années. Leur spécialité réside dans l’offre d’une expérience musicale unique en fusionnant les rythmes classiques du jazz avec des influences comoriennes. Ce groupe explore les sonorités jazzy sur classiques reconnus du Jazz mais, également en infusant des éléments de la riche tradition musicale comorienne. Il crée un mélange captivant et novateur qui charme leur public tant local qu’international. Avec une maitrise de divers instruments tels que la guitare, la basse, le piano, les percussions et le chant, Jazzylang offre des performances musicales captivantes. Le groupe se tente de stimuler les frontières musicales en créant des compositions originales tout en rendant hommage au jazz traditionnel.

« Je venais souvent aux Comores pour donner des cours de musique à des grands musiciens. Donc, je voulais transformer un peu la musique comorienne. Qu’on mette un peu de l’harmonie jazz même si ce n’est pas facile. Disons qu’aux Comores, certains ne savent pas lire et écouter la musique. Moi j’ai emmené des partitions de la musique. J’étais obligé de les remontrer de A à Z la façon de lire tout ça. Après on a répété pendant juste un mois nous y voilà en scène. Le groupe vient de naitre, mais, quand même je m’estime très heureux. C’est notre deuxième spectacle et je vois que tout le monde savoure notre musique. Il n’y a pas assez de public comme celui de l’Alliance française, car c’était plein avec des grands artistes qui sont venus nous voir », dit-il, tout en soulignant qu’il faut à tout prix avoir une grande école de musique dans le pays, car beaucoup de jeunes émergent dans la musique.

Nassuf Ben Amad

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.