La Gazette

des Comores

Standing technico-tactique des Cœlacanthes face au Togo et Égypte, en mars prochain

Standing technico-tactique des Cœlacanthes face au Togo et Égypte, en mars prochain © : HZK-LGDC

Avec tous les aléas rencontrés, les joueurs des Coelacanthes, renforcés par une fibre patriotique, restent persévérants pour l'avenir. Un coup d’œil panoramique sur leur état technico-tactique révèle qu'ils sont solides, solidaires et performant dans leur club respectif. En clair, la maturité d'esprit du groupe est assurée. Pour eux, le rêve d'une qualification tant couvé scintille bien à l'horizon. La discipline retrouve graduellement sa dignité. C'est un atout que les autorités nationales et la Ffc doivent exploiter à bon escient. Compte rendu.


Malgré les leurs difficultés, en termes de disponibilité en temps par rapport à la contrainte professionnelle, les joueurs des Coelacanthes restent persévérants et confiants pour la qualification de la Coupe d'Afrique des Nations (Can 2022). Le dernier léger obstacle, c'est le duel, Comores/Togo. Un mini reportage relatif à l'état médical, physique, psychologique et technico-tactique révèle que ces ambassadeurs des Comores sont utiles et performants dans leurs clubs respectifs. Ils sont arrivés à maturité. Cette discipline, locomotive du pays, tend à retrouver sa dignité et assurer son rôle de vitrine. En Suisse au club Lausanne Ouchy, Raffidine Abdullah, dans l'Hexagone, à l'Us Créteil, Kassim Ahamada, ou encore en Espagne, à Athlético Benbibre, Nourdine Ibouroi, qui paraissaient douter, rejaillissent et ont retrouvé la cadence du jeu. Techno-tactiquement, ils sont sur un élan de prouesse.

 

Djudja et Faïz Faïdine, opportunistes dans ou à la périphérie des surfaces de réparations, évoluent en Afrique, notamment en Mauritanie, sous le coaching de l’entraîneur national Amir Abdou. A force de se confronter avec les grands clubs avoisinant, ces expatriés sont aguerris et en nette progression. Ils peuvent apporter un tonus et une motivation supplémentaire dans l'orientation offensive des Cœlacanthes.

 

« Le duo de feu des Coelacanthes, El Fardou Ben Mohamed et Faïz Selemani sont productifs dans leur club respectif », lit-on dans le site Comoros Football269. Dans le championnat de la Serbie, à l'Etoile Rouge de Belgrade, Ben Fardou, baptisé Monsieur but, fait des bouleversements. Il reste incontournable et inamovible. De son coté, en Belgique, Faïz Selemani, au Courtrai en Jupiter Pro League, au fil des journées et des duels en coupe de Belgique, fait une bonne impression. Cette révélation en puissance enflamme d'un temps à l'autre le stade. Certains resplendissants joueurs s'illustrent régulièrement dans leur milieu. Bendjaloud Youssouf (Mans club), Nasser Chamed (Gaz Metan), Mohamed Youssouf (Ac Ajaccio), Saïd Bakari (Eredivisie). Les autres éléments, que vous connaissez bien, même si votre journal ne mentionne pas les noms, réalisent une saison sportive fructueuse. « Même si dans l'ensemble, les internationaux comoriens prospèrent paisiblement, d'autres ne sont pas épargnés par des blessures », rapporte-t-il.

 

Ils sont victimes des complications musculaires des membres inférieurs : Chaker Alhadhur (rupture de ligament du genou), Ahmed Soilihi (opération de la rotule), Ahmed Mogne (fracture 2e métatarse), Fouad Bachirou (rétabli, après un embarras musculaire), Bachirou (blessure à la cuisse). Malgré cette cascade de blessés, les ambitions des Coelacanthes restent vivifiées. Les deux rencontres restantes, comptant pour la qualification de la Can 2022 ne suscitent pas la frayeur : Togo au complexe omnisports Maluzini et Égypte au Caire.

 

Bm Gondet

 

 

 

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)