La Gazette

des Comores

Fédération Comorienne de Tennis de Table: La Journée mondiale de Ping-pong célébrée aux Comores

Fédération Comorienne de Tennis de Table: La Journée mondiale de Ping-pong célébrée aux Comores © : HZK-LGDC

La covid-19 n'a pas empêché les cinq continents de commémorer le 6 avril la journée mondiale de tennis de table. Aux Comores, la communauté de ping-pong ne s'est pas distinguée. La somptueuse journée a été honorée au même moment à Foumbouni, Mitsamiouli et Moroni. L'Injs a été pris d'assaut par une cinquantaine des collégiens et lycéens, en liesse, âges et sexes confondus. Cette année, le thème retenu est le genre : c'est le pouvoir de la femme.


Malgré l'hécatombe planétaire provoquée par la covid-19,  la journée mondiale de tennis de table a été célébrée dans les cinq continents. La Fédération Comorienne de Tennis de Table (Fctt) a partagé cette fête planétaire à l'Institut national pour la Jeunesse et le Sport (Injs), au Sud et au Nord au même moment. Cette année, le leitmotiv retenu illustre la lutte pour la promotion de la politique du genre. « Nous avons jugé motivant et égayant de décentraliser la célébration de la Journée Mondiale de Tennis de Table. Les pongistes, filles et garçons, des régions de Foumbouni et de Mitsamiouli sont en jubilation. La présence massive des femmes ce mardi 6 avril n'est pas le fait du hasard. Le thème choisi, c'est le pouvoir de la femme. Je pense que tout se passe bien », explique Afrika Issouf, patron du Ping-pong comorien.

  

L'édition 2021 du World Table Tennis Day est une occasion pour dénoncer l'inégalité entre hommes et femmes dans le sport, que ce soit au titre de d'athlètes, de dirigeants et d'encadreurs techniques. Touli Chadhouli Shaillah est une collégienne de Gsfa. Elle est séduite par la vie en groupe et explose de joie : « Je suis très contente de partager aujourd’hui la célébration de la Journée Mondiale de Tennis de Table. Traditionnellement, je pratique le basket-ball. Mais, un sport est un sport. Je m'amuse  bien ce matin. Cette vive présence des jeunes est encourageante ».

 

Curieusement, les autres fédérations nationales et sportives ont brillé par leur indifférence à moins qu'il y ait une double célébration dans l'île ? « C'est une question de disponibilité en temps. Seuls l'Athlétisme, la Lutte et la Natation ont pu répondre à notre invitation. Et s'il vous plaît, faites attention à votre allusion. Aux Comores, il n'y a qu'une seule fédération de Ping-pong opérationnelle, légitime et reconnue au niveau international. C'est celle qui anime cette somptueuse journée », bondit le président de la Fctt.

 

Joint par téléphone, le chargé des relations avec les fédérations au niveau du Comité Olympique, Ali Papa crève l'abcès et dénonce : « Nous n'avons pas été invités. De toutes les façons, à nos yeux, c'est une fédération fantôme. Le rôle d'une fédération, ce n'est pas la commémoration d'une journée mais, la vulgarisation de la discipline, l'organiser des compétitions et la formation des encadreurs techniques, etc..».

 

Elwalidi Aboubacar (Gsfa, 3e deux) tient un langage pédagogique pertinent et conciliateur : « Nous avons un cours d'Education Physique et Sportive. Et là, nous participons à la célébration de la Journée Mondiale de Ping-pong. Je me rappelle bien qu'en 6e et 5e, je pratiquais un peu le Tennis de Table. Mais, ce matin c'est la grande distraction. Je bouge. Je m'amuse. Je suis content ».

 

Bm Gondet

 

 

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)