La Gazette

des Comores

Tarifs des appels internationaux / L’ANRTIC impose jusqu’à 150% de hausse des prix à Telma

  •  
  •   admin
Tarifs des appels internationaux / L’ANRTIC impose jusqu’à 150% de hausse des prix à Telma

Exclusivité ! L’Autorité nationale de régulation des Tics (ANRTIC) a soumis des propositions d’encadrement des tarifs des appels vers l’international aux deux opérateurs. Si l’on s’en tient au document, Telma devrait rehausser jusqu’à 150% ses prix des appels internationaux notamment vers la France.


Nous l’avons révélé il y a une dizaine de jours dans nos colonnes. C’est désormais chose faite ! L’Autorité nationale de régulation des Tics (ANRTIC) a remis des propositions d’encadrement des tarifs des appels internationaux dans l’objectif d’obliger Telma Comores à revoir à la hausse ses prix.

Le courrier en date du 14 avril dernier, dont une copie est aux mains de La Gazette des Comores, a été adressé aux deux opérateurs. Mais les prix proposés sont conformes à ceux déjà appliqués par l’opérateur historique.

Le régulateur demande à Telma de rehausser le tarif des appels internationaux Telma Comores vers la France de 300 francs (prix minimal) à 400 francs (prix maximal) la minute. Le prix pourrait augmenter de 150% chez Telma.

L’ANRTIC a également proposé un tarif minimal de 300 francs pour les pays de l’océan Indien à savoir  les Seychelles, Madagascar, Réunion et Maurice, et un tarif maximal de 400 francs. Pour les appels de Telma vers Sénégal, Kenya et Tanzanie, le tarif minimal proposé est de 380 francs. Le tarif maximal, 450 francs.

Les appels vers Mayotte, facturés au même titre que les appels nationaux, 60 francs la minute, par Telma Comores, devraient aussi être revus à la hausse. C’est en tout cas la proposition soumise par le régulateur national qui a soumis un tarif minimal de 80 francs et un tarif maximal de 175 francs des 3 îles de l’archipel vers l’île de Mayotte. Telma Comores avait, sur ce point, respecté l’intégrité nationale.  

La commission mise en place par le chef de l’Etat, composée de conseillers de la présidence, ont mis la pression à l’autorité de régulation pour qu’elle soumette ces proposition à Telma Comores. Comme nous l’avions écrit dans nos éditions antérieures, la direction de Comores avait refusé catégoriquement de signer une quelconque convention d’interconnexion si son concurrent ne baissait pas les tarifs de ses appels internationaux.

La demande a été initialement rejetée par l’ANRTIC et son directeur général, Said Mouinou Ahamada, avait même déclaré à La Gazette des Comores que le régulateur ne pouvait pas intervenir dans les conventions entre un opérateur national et un autre opérateur de l’extérieur. « Les appels internationaux ne font pas partie de nos prérogatives. Nous régulons les services nationaux et l’interconnexion au niveau national », avait soutenu Said Mouinou Ahamada.

 

Al-hamdi Abdillah Hamdi

 

Commentaires (1)

  1. billard:
    19/04/2017 à 02:15 PM

    c'est de la corruption Mr Said Mouinou, Directeur de l'ANRTIC, cela n'existe nul part dans le monde. vous êtes entrain dans le système de tuer les comoriens oubliant que tu étais parmi nous hier et aujourd'hui tu veux nous tuer avec ces droits d'interconnexion qui n'existent nul part dans le monde

    Répondre