La Gazette

des Comores

Télécommunications : Vers la résiliation du contrat Gateway ?

Télécommunications : Vers la résiliation du contrat Gateway ? © : HZK-LGDC

Le contrat sur la gestion du système de contrôle et de sécurité des appels entrants et sortants appelé Gateway, confié à un opérateur étranger au nom d’Asteria, risque d’être résilié par le gouvernement.


Selon des sources bien au fait du dossier, le gouvernement s’apprête à mettre un terme au contrat sur la gestion du système de contrôle et de sécurité des appels entrants et sortants appelé Gateway, confié à un opérateur étranger au passé sulfureux au nom d’Asteria. Et pour cause : un manque à gagner allant jusqu’à plus de 30% du chiffre d’affaires par rapport à la période précédant la signature, dont l’annonce a été faite courant mai de cette année. Depuis que l’État a mis en place ce système exclusif de régulation et de contrôle des communications internationales (Gateway international unique), confié à Asteria, les acteurs du secteur des Tics n’ont jamais cessé de dénoncer cette décision.

 

Dans un entretien à La Gazette des Comores le 10 mars, Hamidou Mhoma, président de l’Association comorienne des consommateurs des Tics, avait tiré la sonnette d’alarme. « Nous demandons aux autorités de revoir la copie et de ne pas céder aux chants des sirènes. Cette société (Asteria, Ndlr) n’apportera pas de la valeur ajoutée au marché. Si ce Gateway est jugé indispensable après discussion avec tous les acteurs, l'État comorien à travers l’ANRTIC ou un appel à projet porté par des nationaux peut le mettre en place. Si l'État maintient ce contrat, je suis persuadé qu’après 6 mois de lancement, il va s’apercevoir de la supercherie mais risque d'être bloqué par les conditions d’annulation dudit contrat. Dans des cas similaires, c'est écrit qu'en cas de résiliation avant le terme du contrat, l'État paiera des dommages qui correspondent souvent aux revenus des nombres d’années qui restent à courir. Des fois ces types de contrats sont signés pour les dommages intérêts. L’expérience a montré que les intérêts de la partie Comorienne ont été toujours sacrifiés dans ce type de contrat ».

 

Andjouza Abouheir

 

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)