La Gazette

des Comores

Télécommunications / Le gouvernement va taxer le trafic international entrant

  •  
  •   admin
Télécommunications / Le gouvernement va taxer le trafic international entrant

Après la hausse en vue des appels sortants internationaux imposée à Telma, une taxe sur le trafic international entrant a été proposée par le Gouvernement aux opérateurs du secteur des télécommunications. C’est la vice-présidence en charge du ministère des Télécommunications qui l’a notifiée aux deux sociétés, a appris La Gazette des Comores / HZK. Une initiative qui pourrait s’avérer « contre-productive » et qui causerait une « baisse du trafic international entrant », selon les termes de l’ANRTIC qui avait déconseillé une telle démarche.


Le gouvernement à travers la vice-présidence en charge des télécommunications souhaite instaurer une taxe les tarifs des appels entrants internationaux, a appris La Gazette des Comores. La taxe devrait être de 0,10 centimes d’euros sur les terminaisons des appels à destination des Comores. Elle devrait engendrer une hausse des prix des appels vers les opérateurs comoriens.

Notre source souligne que si la démarche est avérée, elle est contestable puisque ladite taxe n’a pas été prévue par la loi des finances 2017. Des négociations n’ont même pas encore eu lieu dans ce sens, pour espérer qu’elle soit insérée dans la loi des finances rectificative à la session parlementaire en cours. On notera aussi que les associations de consommateurs n’ont même pas été informées, ni consultées.

Dans un rapport datant de mars dernier, l’ANRTIC a conseillé aux autorités de ne pas « réguler les prix de ce trafic conformément à la bonne pratique internationale » car cette taxe serait « contre-productive ». L’autorité de régulation avait insisté sur les « conséquences négatives d’une telle démarche sur les consommateurs et sur l’économie nationale en général ».

Cette mesure unilatérale pourrait avoir comme conséquences, la réduction du volume des appels entrants, donc des revenus. « Les usagers se retourneront vers des solutions de contournement telles que les applications VoIP comme WhatsApp, messenger, imo », avait souligné l’ANRTIC.

L’autorité de régulation avait aussi rappelé que « les taxes devant être appliquées aux opérateurs sont clairement définies par les textes régissant le secteur » et que « en rajouter une autre alors que le marché concurrentiel n’est même pas encore installé serait dommageable à l’économie du secteur et à celle de toute la collectivité nationale ».

Mais le régulateur, impuissant, a déjà cédé à la pression de la direction de Comores Telecom, du gouvernement et de Beit-salam, en soumettant une proposition d’encadrement des tarifs des appels sortants, dans le but de pousser Telma Comores à revoir ses prix à la hausse.

Comme nous l’avons écrit dans notre édition d’hier, les appels vers la France pourrait passer de 120 francs la minute à 300 francs voire même à 400 francs. Le tarif minimal pour les pays de l’océan Indien à savoir les Seychelles, Madagascar, Réunion et Maurice, sera également de 300 francs.

Dans les pays comme le Sénégal, le Kenya et la Tanzanie, le tarif minimal serait de 380 fr minimum et 450 fr maximum.

Les appels vers Mayotte, facturés au même titre que les appels nationaux, 60 francs la minute, par Telma Comores, devraient aussi être revus à la hausse. Le tarif passera de 80 et 175 francs des 3 îles indépendantes vers l’île de Mayotte. 

 

Al-hamdi Abdillah Hamdi

 

Commentaires (0)