La Gazette

des Comores

Santé publique / Des médecins formés sur les complications du diabète

  •  
  •   admin
Santé publique / Des médecins formés sur les complications du diabète

Depuis le 15 mai dernier, l’ONG Santé Diabète avec l’appui du ministère de la santé organise une formation sur les complications du diabète au profit des médecins, infirmiers et sages-femmes des trois îles.


Des médecins, infirmiers et des sages-femmes des trois îles se retrouvent à Moroni pour une formation de quatre jours sur les complications du diabète. Avec le soutien d’un expert français de La Réunion, ils étaient formés sur les complications des yeux, des reins et du cœur qui peut amener des difficultés chez le malade. « L’année dernière, on avait organisé une formation sur les généralités du diabète et d’autres activités. Cette année, on s’est attaqué directement aux complications. Les bénéficiaires seront formés comment prendre en charge un diabète qui a des complications sur ses domaines », explique le Dr Nassur Soimihi, médecin référent.

La formation va durer 4 jours et regroupe les médecins, les infirmiers et les sages-femmes des centre hospitaliers de Hombo, Fomboni, du CHN El Maarouf et de Samba. « Il y aura une autre formation similaire qui concernera les centres de districts au mois de septembre prochain », poursuit-il.

En Union des Comores, les statistiques sur diabète ne sont pas encore mises à jour. Mais selon une enquête épidémiologique de l’Organisation Mondiale de la Santé datant de 5 ans, seul 5% de la population est concerné par le diabète. Mais le Dr Nassur pense qu’il y a un peu plus. C’est pourquoi dans ses activités, l’ONG Santé Diabète veut faire le maximum de dépistage et avoir des données de l’état de cette maladie. « Si on fait aujourd’hui une formation sur cette maladie, ce n’est pas arriver à traiter les complications, mais traiter le diabète », avance le Dr Nassur Soimih.

Et lui d’ajouter que « on est pour la sensibilisation et la prévention de la maladie car c’est l’idéal ». Dans leurs activités à venir, des actions de sensibilisation vont être faites en milieu scolaire sur la façon de se comporter et de manger « La prévention est le seul moyen moins couteux de prendre en charge cette maladie », conclut-il.

 

Mohamed Youssouf

 

 

Commentaires (0)