La Gazette

des Comores

Lutte contre la déforestation à Anjouan: Sept solutions pour préserver la biodiversité terrestre de l'île d'Anjouan

Lutte contre la déforestation à Anjouan:  Sept solutions pour préserver la biodiversité terrestre de l'île d'Anjouan © : HZK-LGDC

Les activités de déforestation se multiplient à Anjouan et provoquent une dégradation massive de la biodiversité de l'île. C'est un phénomène dangereux qui inquiète l'ONG Dahari qui propose en effet des solutions pour améliorer la situation.


Selon les analyses divulguées par l'ONG Dahari, l'île d'Anjouan a perdu 80% de ses forêts entre 1885-2014. Encore pire, 40 sur 50 de ses rivières permanentes intermittent ou sont complètement asséchées à l'heure où l'on parle. Et la biodiversité endémique est menacée. Face à une telle situation, l'ONG Dahari veut apporter des solutions pour atténuer les difficultés environnementales de l'île. Ainsi ladite organisation en collaboration avec la faculté des sciences et techniques a convié hier 9 décembre certaines autorités du pays à l'école de santé pour, à la fois exposer le danger et proposer des solutions.

Sept recommandations ont été faites pour la préservation de la biodiversité terrestre de l'île à savoir la conservation des arbres natifs natures restants et restaurer la forêt d'environnement, la restauration des habitats naturels favorables à la biodiversité à des altitudes moyennes, l'application des mesures de conservation dédiées pour conserver l'espace phare ; la roussette de livingstone, s'assurer que les parties prenantes bénéficient économiquement des mécanismes de restauration de la forêt, la conception des efforts de reboisement participatif pour les rendre durables, le remplacement, l'utilisation d'arbres endémiques pour la construction et la fabrication des meubles et le développement d'une fierté et une appréciation de la biodiversité d'Anjouan. Telles sont les solutions avancées par l'ONG Dahari.

Ces solutions ne sont pas les fruits du hasard selon Hugh Doulton co-directeur de Dahari. « C'est tout l'esprit des analyses et des recherches effectuées pendant 12 ans. Ses recommandations sont les clés pour conserver la biodiversité terrestre d'Anjouan », dit-il. Et de poursuivre que « leur mise en œuvre permettra la sécurisation des ressources en eau et le renforcement de la résilience de la population face au changement climatique dans une vision holistique de la conservation ».

Kamal Gamal

 

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)