La Gazette

des Comores

Le port de Bangoma inondé

Le port de Bangoma inondé © : HZK-LGDC

Le port de Bangoma a été inondé dimanche matin par la montée de la mer. Aucun bateau ne peut accoster dans le quai. Une situation qui enclave de nouveau Mohéli et par ricochet réduit les activités économiques dans l'île.


Le port de Bangoma mesure 400m de longueur et quelques mètres de largeur. Cet accès maritime qui n’est même pas un port proprement dit reste un danger public. Même s'il a bénéficié de quelques travaux de réhabilitation post Kenneth ces derniers mois par la société chinoise CGC, mais toujours est-il que cet accès maritime ne répond à un aucune norme selon des spécialistes.

À chaque période de marrée haute, le port de Bangoma comme on l’appelle n’est plus  accessible. Et même la vie des habitants du littoral, notamment ceux du quartier de Mnadzi Modja, situés à quelques mètres du port est menacée. Pendant que des commerçants attendent  des cargaisons de ciment, le riz est attendu dans l’île comme le pétrole lampant, le quai du port est quasiment inondé et invisible. Le niveau de la mer sur le quai dépasse 40cm de hauteur, ce qui est un record.

« Tout le temps il y a une montée de la mer sur le quai, mais ça n'a jamais atteint ce niveau là. Le niveau de l'eau a dépassé. C'est du jamais vu » précise un jeune qui voulait dédouaner ses  marchandises transportées par le bateau al-zahra. Aucune voiture n'ose circuler sur le quai pour éviter tout contact avec les eaux de mer.

Le port de Bangoma est non seulement à la merci des eaux de mer, mais également, son quai endommage les coques des bateaux. « Durant les fortes houles, les bateaux sont obligés de regagner la haute mer puisqu'en restant dans le quai, ils se frottent avec ce dernier ce qui a des conséquences très lourdes puisqu'il faudrait changer souvent la coque, mais aussi la sécurité des biens et des personnes à bord des bateaux est compromise » soulignent des employés de la SCP.  Un phénomène qui asphyxie l'économie du pays et enclave l’île.

Espérons que sur les 24 millions de dollars (soit 9 milliards de francs comoriens) qui sont alloués à la construction de ce port dans le cadre du projet de connectivité inter-îles, prennent en compte ces aspects environnementaux.

Riwad

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)