La Gazette

des Comores

Education Les enseignants observent un arrêt de travail de 48 heures

  •  
  •   admin
Education  Les enseignants observent un arrêt de travail de 48 heures

L’intersyndicale des agents de l’éducation observe depuis hier un arrêt de travail de 48 heures. Il regrette le laisser aller des autorités de l’Etat et leur manque de responsabilité sur le dossier. Et ils vont partir en grève illimitée d’ici lundi prochain si rien n’est réglé.


On le craignait depuis quelques semaines. L’intersyndicale des agents de l’éducation observe un arrêt de travail de 48 heures. Le syndicat national déplore l’attitude du directeur général de la fonction publique qui bloque toujours le processus mais aussi le manque de responsabilité du gouvernement dans ce dossier. « Le conseil des ministres a accepté de satisfaire nos revendication, à savoir le paiement des avancements et des intégrations. Mais le directeur général de la FOP bloque toujours le processus. Alors pour montrer notre détermination et notre mécontentement, nous observons un arrêt de travail de 48 heures », déclare Moussa Mfoungoulie, le secrétaire général de l’intersyndicale.

Lundi dernier, le syndicat national avait rencontré encore une fois le gouvernement et à en croire le secrétaire général, rien n’a évolué. « Après ces deux jours d’arrêt de travail, nous allons reprendre le chemin de l’école jeudi jusqu’au samedi. Et si d’ici lundi, rien n’a été réglé, on va partir en grève illimitée », prévient-il.

De son côté, le syndicat régional de l’île d’Anjouan a déjà entamé la grève depuis lundi dernier et ils ne vont pas reprendre les cours tant qu’une solution ne sera pas trouvée. « C’est légitime de leur part de déclencher leur grève. Nous on avait accordé quelques jours au gouvernement avant de prendre une décision, mais rien n’a été fait. Alors on est obligé de réagir », dit-il.

Pour rappel, le gouvernement et l’intersyndicale des agents de l’éducation avaient signé un protocole d’accord pour le paiement des avancements et intégrations, approuvé par le conseil des ministres. Mais cet accord reste bloqué par le directeur général de la FOP qui estime qu’il n’y a pas assez d’argent. « Est-ce que c’est le rôle d’un directeur général de la FOP », s’interroge le secrétaire général de l’intersyndicale. Et lui de préciser qu’en matière budgétaire « l’autorité habilitée à dire un mot, c’est le ministre des finances ou bien le directeur du budget mais pas lui ». En attendant, c’est encore les élèves qui seront victimes de cet arrêt de travail.

 

Mohamed Youssouf

 

 

Commentaires (0)