La Gazette

des Comores

Commune de Moroni Un conseil municipal déserté par ses élus

Commune de Moroni Un conseil municipal déserté par ses élus © : HZK-LGDC

Malgré l’absence de nombreux conseillers municipaux, la mairie de Moroni a organisé lundi dernier sa deuxième session du conseil municipal. Plusieurs sujets étaient à l’ordre du jour, notamment les problèmes fonciers, la décentralisation mais aussi la propreté de la ville.


La mairie de Moroni a tenu lundi 11 octobre dernier sa deuxième session du conseil municipal depuis les élections de 2019. Plusieurs sujets ont été abordés dont la problématique du foncier dans la capitale. Après conclusions, le maire de la capitale Hassane Mohamed Halidi a insisté  sur le fait qu’une décentralisation à la base est nécessaire pour impliquer tous les administrés dans la gestion des affaires communales. « Dans mon esprit, il s’agit aussi de rapprocher l’administration locale de nos administrés et prendre en compte leurs préoccupations », souligne celui qui souhaite faire de la propreté de la ville, une conditionnalité de l’émergence  voulue par le chef de l’Etat.

Le maire est conscient de l’inefficacité de son service de voirie et du besoin d’un service  technique municipal opérationnel et rationnel. « Il va de soi que toute ambition aura des résultats mitigés dès lors que l’on ne respecte pas les principes élémentaires d’une administration communale, avec l’acceptation des fonctions et des rôles de chacun », dit-il.

L’absence de certains élus à cette assemblée ne laisse pas indiffèrent le premier magistrat de la ville. Ce dernier se dit triste de constater que les élus n’ont pas répondu à son appel. « Je rappelle que j’ai rencontré à plusieurs reprises les têtes de listes des municipales, et ce dans l’optique de les impliquer dans la gestion de la ville. J’étais et je suis toujours disposé  à aborder avec eux tous les sujets et ce, sans tabou », promet-il, tout en ajoutant que la politique  de la chaise vide  n’est pas une bonne manière de construire la ville. « Certains d’entre vous  suggèrent un audit de la mairie, j’ai envie de leur répondre que non seulement je partage ce point de vue mais si j’avais mon mot à dire, je solliciterais que cet audit couvre non seulement  ma période mais aussi les 5 mandatures qui m’ont procédé ».

Andjouza Abouheir

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)