La Gazette

des Comores

20 auditeurs de justice suivront une formation de 14 mois de magistrature

20 auditeurs de justice suivront une formation de 14 mois de magistrature © : HZK-LGDC

Vingt auditeurs de justice dont trois femmes et dix sept hommes suivront une formation de 14 mois de magistrature. Après la cérémonie, ces derniers ont prêté serment au palais de justice de Moroni. Cela rentre dans le cadre du concours organisé en juin dernier, par le ministère de la justice avec l’appui de l’ambassade de France à Moroni.


Après avoir été recrutés en juin dernier, par concours organisé par l’institution judiciaire avec l’appui de l’ambassade de France à Moroni, vingt auditeurs de justice suivront une formation de 14 mois de magistrature. Pour l’ambassadeur de France en Union des Comores Sylvain Riquier, cette avancée majeure en matière de renforcement des ressources humaines, constitue l’un des fruits de l’initiative prise par la France de répondre aux fortes attentes des autorités comoriennes de réformer la justice en vue de promouvoir son indépendance, son intégrité et son efficacité en conformité avec les standards et engagements internationaux.

C’est ainsi que le projet Appui au secteur de la justice au Comores, financé par l’ambassade de France a permis à l’issue d’un diagnostic partagé avec les autorités comoriennes, de dégager des voies de coopération en direction de toutes les professions du droit. « La présence aujourd’hui des membres du gouvernement atteste de l’importance de ce qui aujourd’hui commence dans le continuité de ce premier concours, à savoir la formation initiale des auditeurs de justice qui s’étalera sur 14 mois, à partir d’un financement de plus de 500 millions de francs comoriens qui devrait s’inscrire dans le cadre du plan de développement France-Comores (PDFC), en accord avec l’Etat comorien ».

Et le diplomate français de poursuivre « ce programme de formation constituera une base d’action en direction des autres professions du droit et de l’université. Je me félicite de pouvoir contribuer à la modernisation du système judiciaire aux Comores, avec cette première promotion des auditeurs de justice qui seront appelés à renforcer la communauté des acteurs du système juridictionnel (magistrats du siège et du parquets, officiers de police judiciaire, greffiers, avocats, huissiers), tous soucieux de participer à l’élaboration d’une décision de justice de qualité », dit-il.

Du côté du ministre de la justice, on estime que l’ambition du chef de l’Etat est de guider le pays vers une bonne voie implique une justice équitable et transparente pour faire de ce beau pays un havre de paix. « La place importante réservée à l’éthique et à la déontologie dans l’enseignement dispensé par cette formation, contribuera à vous permettre d’éviter ces périls », indique à son tour le ministre de la justice Djae Ahamada Chanfi. « Ça vous guidera pour trouver des réponses, qui seront  proches d’une éthique de la responsabilité dans laquelle pourraient s’entremêler : le respect de la loi, la hiérarchie des normes, des droits fondamentaux de la personne humaine, le sens de l’écoute, la culture de la méfiance à l’égard de toutes les influences, la pragmatique prudentiel, et sans omettre un certain art de la pédagogique dans laquelle aujourd’hui nulle autorité ne parvient à se faire accepter », conclut-il.

Nassuf Ben Amad

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)