La Gazette

des Comores

Youssouf Ismaël : « Rien ne se résout sans dialogue »

Youssouf Ismaël : « Rien ne se résout sans dialogue » © : HZK-LGDC

Le candidat malheureux aux législatives de 2019 dans la circonscription de Bambao Youssouf Ismaël a exprimé à la presse, son point de vue sur le dialogue national. Ce dernier reste convaincu que c’est un moyen permettant au pays de sortir du gouffre.


Le dialogue national est domine l'actualité de la sphère politique ces derniers mois. Les avis divergent entre les uns les autres. C'est ainsi que le candidat malheureux aux élections législatives de 2019 a rencontré la presse le 11 octobre dernier pour dire que le dialogue national prôné par le président Azali n'intègre pas uniquement les hommes politiques, mais aussi et surtout les jeunes car selon lui, c’est un dialogue inclusif. « Partout dans le monde chaque problème se résout à travers le dialogue. Je soutiens ce dialogue en tant que membre de l'AMP (Alliance pour la Mouvance  Présidentielle) et en tant que jeune cadre qui croit aux vertus du dialogue lancé par le chef de l'Etat », avance le conférencier avant d’annoncer les points qu'il prépare à exposer.

« J'ai deux propositions à faire dans les discussions basées au dialogue national. D'abord ma réflexion se base sur le bien-être de ma région. Car en toute franchise, je pense qu'un seul député est incapable de mener à bien sa mission dans la région. Il faut au maximum 3 circonscriptions dans le Bambao. Et puis ma deuxième réflexion concerne la révision du découpage. Je crois que les 3 communes du Bambao ne jouent pas assez leur rôle. Elles sont censées réduire les conflits fonciers alors que ces problèmes augmentent de jour en jour. Donc il faut réduire les communes », énumère-t-il, tout en supposant que d'ici 2025 la région de Bambao ne ferra qu'une seule agglomération.

Très calme, face à la presse, le conférencier a déclaré qu'un homme politique ne refuse jamais un dialogue. Pour lui, c'est le seul moyen de poser les problèmes et trouver des solutions, une stratégie de distinguer la vérité du mensonge. « C’est un dialogue qui inclut tout le monde surtout les jeunes dans le but de réfléchir ensemble sur le bien-être du pays. Je mets l'accent sur l'esprit des assises nationales car seul ce dialogue peut aboutir à des recommandations et permettre également une réforme constitutionnelle », souligne-t-il.

Sur ce point, Youssouf Ismaël a rebondi sur la restructuration de la CENI (Commission électorale) dont les opposants au régime actuel rejettent le scrutin présidentiel du 2019 remettant en cause la légitimité et la transparence de cette institution chargée du processus électoral. « Le moment est venu de recadrer et de corriger les anomalies et bien se préparer pour 2024, dit-il au lieu de rester sourd face à cet appel du président. Cet appel nous permettra de répondre aussi aux doléances de la population sur la cherté de la vie ».

Kamal Gamal

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)