La Gazette

des Comores

Politique / Le parti Juwa prône l’apaisement

  •  
  •   admin
Politique / Le parti Juwa prône l’apaisement

Le secrétaire général du parti Juwa s’est exprimé hier jeudi suite à la crise parlementaire qui sévit actuellement l’Assemblée de l’Union. Ibrahim Mohamed Soulé a affirmé qu’ils vont vers un apaisement et à une ouverture de la coalition entre Juwa et la CRC.


Beaucoup de rumeurs circulent sur le devenir de l’alliance Juwa/Crc. Le secrétaire général du parti Juwa tente de calmer le jeu. Hier après midi, Ibrahim Mohamed Soulé a affirmé qu’ils vont vers un apaisement de la situation, et ceci après les déclarations des responsables de la CRC mais aussi de la détermination du président de la République, de préserver la cohésion de la majorité présidentielle.

« C’est vrai au début, j’étais radical. Mais après les récents évènements, nous optons pour un apaisement et attendons un règlement juridique de la crise », déclare le secrétaire général du Juwa, avant d’ajouter que « actuellement, le chef de l’Etat est en possession de tous les documents qui prouvent qu’il y a eu abus et souhaite qu’on règle définitivement le problème ».

Concernant l’alliance avec la CRC, il rappelé les deux rencontres qui avaient eu lieu lundi et mardi dernier, après les échauffourées de l’Assemblée. Il qualifie ces rencontres d’un pas important vers le renforcement de l’alliance entre les deux partis. « C’était notre première rencontre depuis qu’on a mis en place cette alliance à la veille du second tour de la présidentielle. Alors le reste viendra par la suite », poursuit-il. Lors de la dernière rencontre avec la CRC, il a été question d’une redynamisation de la coalition au pouvoir. Et le député de Moroni Nord insiste sur la pérennisation des rencontres entre les deux formations politiques.

Sur la crise parlementaire, les députés du parti Juwa insistent toutefois qu’ils ne vont pas siéger avec des députés désignés illégalement. « Aujourd’hui, ce n’est un problème de Juwa tout seul mais on a un groupe parlementaire qui se bat pour que le droit triomphe. Alors en aucun cas, on ne va pas siéger avec ces députés », lance le député Nassim Ahamadi. Pour rappel, l’exécutif de l’Union a demandé au président de l’Assemblée de l’Union la suspension des travaux en attendant la décision de la cour constitutionnelle ou de la cour suprême.

 

Mohamed Youssouf

 

Commentaires (0)