La Gazette

des Comores

Mouigni Baraka appelle les forces vives à s’engager dans la lutte contre la Covid-19

Mouigni Baraka appelle les forces vives à s’engager dans la lutte contre la Covid-19 © : HZK-LGDC

Le président du Conseil national de transition Mouigni Baraka Said Soilihi s’est à sa manière adressé à la population en début de semaine. L’occasion pour l’ancien gouverneur de l’île de Ngazidja d’appeler à la mobilisation des politiques et des mouvements associatifs pour la lutte contre la deuxième vague du coronavirus.


Dans une rencontre avec la presse lundi 8 février, le président du Conseil national de transition, Mouigni Baraka Saïd Soilihi, est revenu pour la deuxième fois sur la question de la crise sanitaire qui sévit dans le monde entier. Il l’admet sans ambages : 100 morts c’est un bilan très lourd pour un petit pays comme le nôtre qui compte moins d’un million d’habitants. « Il y a une spécificité de partage de douleurs dans notre pays : un deuil d’une famille est un deuil du village. Un deuil du village est un deuil de l’île. Un deuil de l’île est un deuil de tout le pays », constate Mouigni Baraka Said Soilih. 

 

Pour cet ancien gouverneur de Ngazidja, l’heure est à la sensibilisation surtout que les autorités « tâtonnent » sur la prise de décisions. « La gestion amateur et catastrophique de cette maladie dès son apparition par les autorités de fait qui ont pris notre pays en otage, ne laisse présager un optimisme réjouissant. Loin d'avoir tiré les leçons de leurs échecs, elles sont dans le déni, la manipulation, le camouflage de la vérité et l'opacité la plus totale », devait-il assener.

 

Pour lui, dans la gestion chaotique de la crise de coronavirus s'entremêlent des raisons multifactorielles qui vont « de l'incompétence à l'insouciance, de l'irresponsabilité individuelle à l’irresponsabilité collective, d’une gestion irrationnelle et inadaptée à un manque criant de vision et de stratégie, de l'improvisation au tâtonnement ». Et face à ce tableau peu reluisant,  le CNT appelle les forces vives à s’impliquer davantage dans la lutte contre la Covid-19. « Nous appelons à la mobilisation des forces vives pour un élan de solidarité, à l'implication du mouvement associatif pour encadrer et sécuriser les citoyens. Oui, l’heure est grave. Les morts s’intensifient. Les enterrements, les désolations et les souffrances se multiplient à un rythme plus qu’effrayant. Le maître-mot doit donc rester la solidarité nationale », réitère l’opposant au régime.

 

Mouigni Baraka estime qu’il n’est pas forcement nécessaire d’apporter de l’aide matérielle pour contribuer à la lutte, mais la sensibilisation des citoyens suffira largement. « L’aide première pour chaque politicien est de sensibiliser et conscientiser la population face à cette maladie, chose que chacun fait dans sa région ou dans son village. Il est vrai que nos dirigeants gèrent mal la crise sanitaire, d’où l’urgence de mon appel à la population au respect des mesures barrières car c’est de cette façon que nous sortirons de l’ornière », répond-t-il.

 

Andjouza Abouheir

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (0)