La Gazette

des Comores

Mission française par Dominique Voynet et Marcel Renouf « C’est une mission politique demandée par Emmanuel Macron »

Mission française par Dominique Voynet et Marcel Renouf « C’est une mission politique demandée par Emmanuel Macron » © : HZK-LGDC

L’inspectrice générale, Dominique Voynet et le préfet Marcel Renouf ont effectué une mission de quelques jours aux Comores. Une mission politique demandée par le président de la république française qui veut « revitaliser la relation de coopération entre la France et les Comores, redynamiser la coopération sanitaire pour permettre à un maximum d’habitants des Comores de se soigner et de vivre dans des conditions décentes sur leurs îles de résidence ».


L’inspectrice générale aux affaires sociales, Dominique Voynet, et le préfet Marcel Renouf ont effectué une mission de quelques jours aux Comores, la semaine dernière. Dominique Voynet, d’une voix forte a d’emblée fait savoir que « c’était une mission politique demandée par le président de la république française qui veut revitaliser le relation de coopération entre la France et les Comores, qui veut redynamiser la coopération sanitaire pour permettre à un maximum d’habitants des Comores de se soigner et de vivre dans des conditions décentes sur leurs îles de résidence ». L’heure est donc à la décrispation après plusieurs mois de mésentente entre les Comores et l’ancienne puissance coloniale.


L’ancienne sénatrice française, médecin de formation, a formulé le souhait de convaincre « les présidents et de la France et des Comores, qu’en cas de tension entre nos deux pays, des tensions qui sont finalement évitables, même entre les couples les plus unis, il peut arriver des moments de tension, d’aboutir à un accord intergouvernemental sur la santé pour que les questions liées à celles-ci ne soient jamais instrumentalisées dans les crises politiques, pour que la population soit à l’abri des chaos de la politique et de la diplomatie ».


Même si cette mission n’était pas technique- elle était d’abord et surtout politique- Dominique Voynet a fait le tour des principaux hôpitaux des Comores. Elle a évidemment effectué une visite à l’hôpital de Bambao-Mtsanga, inauguré en grandes pompes l’année dernière mais qui peine toujours à prendre son envol. De cet hôpital, elle dira, « il n’est pas durable d’imaginer qu’il puisse fonctionner au détriment de celui de Hombo sur le plan du personnel ; la situation se dégrade à Hombo parce que certains professionnels ont été nommés à Bambao-Mtsanga, on a besoin d’être cohérents, on ne peut pas avoir d’un côté le réanimateur et de l’autre le cardiologue alors que les urgences cardiologiques demandent que les deux travaillent ensemble ». Ce dysfonctionnement doit être revu selon elle. « Et c’est la révision de la carte sanitaire qui va le permettre, c’est un chantier en cours, porté par le gouvernement comorien », a-t-elle précisé.


Pourtant, Dominique Voynet, le dit elle-même, « Bambao-Mtsanga est un hôpital magnifique, il est rare de voir un équipement aussi ambitieux et en aussi bon état mais il faut s’assurer que le personnel peut faire son job et que les équipements biomédicaux sont adaptés ».


Faïza Soulé Youssouf

 

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (3)

  1. Amir:
    26/09/2018 à 07:01 AM

    Pourquoi attendre une mission étrangère pour identifier un problème de lié à l'affectation du personnel de santé dans le pays. Le régime actuel ne veulent pas de l'hôpital Bambaô.

    1. Amir:
      26/09/2018 à 07:10 AM

      Pourquoi attendre une mission étrangère pour l'identification d'un problème d'affection du personnel médical. Le régime actuel ne veut pas améliorer les services de Bambao Hôpital.

  2. DENIS ROCHE:
    27/09/2018 à 12:32 PM

    En France aussi on a des dysfonctionnements mais la petite aide totalement bénévole que nous avions apportée au laboratoire de Hombo nous a montré l'ampleur des problèmes .
    L'accès aux soins des plus démunis est essentiel comme la maintenance des appareils et la formation continue mais faut il encore que l'hôpital ait un accès internet direct ,ce qui n'est pas le cas de Hombo; à nous de faire en sorte que cette mission soit suivi d'effets