La Gazette

des Comores

Les Comores, admises au Conseil global pour la paix et la tolérance

Les Comores, admises au Conseil global pour la paix et la tolérance © : HZK-LGDC

Le ministre des affaires étrangères Dhoihir Dhoulkamal a procédé à la signature d’un protocole d’entente avec Ahmed Ben Mohamed Al Jarwane, président du Conseil global pour la paix et la tolérance. Cet accord a abouti à l’ouverture à Moroni d’un bureau antenne dudit conseil.


C'est dans ses bureaux que le ministre des affaires étrangères, Dhoihir Dhoulkamal et Ahmed Ben Mohamed, patron du conseil global œuvrant sur la protection de la paix et la tolérance ont procédé lundi dernier à la signature d’un protocole d'entente permettant le pays et le conseil de travailler en étroite collaboration en faveur de l'entente et de la prospérité du pays, une richesse à préserver dans notre paisible archipel. Lors de la signature, le président du conseil a encouragé les autorités du pays qui malgré les difficultés politiques et les vives tensions entre le gouvernement et l'opposition, privilégient le dialogue et l'entente afin de sauvegarder l'image pacifique qui caractérise encore les Comores par rapport à d’autres pays africains et asiatiques en proie à des guerres civiles. « Nous sommes très heureux de signer cet accord qui va nous permettre d'étaler nos travaux de préservation de la paix et de la tolérance dans ce pays. Cette signature ouvrira un pont entre les Comores et d'autres pays qui s'intéressent à des nations où règnent la paix », se réjouit Ahmed Ben Mohamed, récemment proposé au prix Nobel de la paix.

 

Partout dans le monde la paix est la mère de tout développement. Pour le protecteur de la paix, il est difficile qu'un pays puisse progresser économiquement dans un contexte de guerre et de vives tensions. « Même les investisseurs-constructeurs ne s'engagent pas auprès des pays où la paix est menacée. C'est pour renforcer la paix qui flotte dans ce beau pays que nous sommes à Moroni ».

 

Quant au chef de la diplomatie comorienne, il a montré que les Comores ne sont riches que de la tranquillité et de l'harmonie. « Il faut dire que cette signature va permettre au pays de s'étendre sur d'autres horizons », avance Dhoihir Dhoulkamal. « Il est temps que la population sente le besoin et la nécessité de la paix, pour que chacun puisse critiquer ou apporter son point de vue sans injurier ni offenser son semblable en vue de préserver jalousement ensemble cet héritage (la paix) dont nous en tirons profit. », conclut-il. 

 

Kamal Gamal

 


Les contenus publiés dans ce site sont la propriété exclusive de LGDC/HZK Presse, merci de ne pas copier et publier nos contenus sans une autorisation préalable.

Commentaires (1)