La Gazette

des Comores

Le parti Rdc : Assises nationales / Touche pas à la tournante

  •  
  •   admin
Le parti Rdc : Assises nationales / Touche pas à la tournante

Le parti Rdc (courant Mouigni Baraka) ne s’oppose pas à l’idée de la tenue des assises nationales sur le bilan des 42 ans de l’indépendance et les 12 ans du nouvel ensemble comorien. Les leaders de cette formation politique d’opposition mettent toutefois en garde contre toute remise en cause du principe de la présidence tournante entre les îles.


Le Rassemblement démocratique des Comores (Rdc) de Mouigni Baraka Said Soilih rejoint la cohorte des partis et mouvements politiques qui appellent à la tenue des assises nationales clamées par le Mouvement du 11 août présidé par l'ancien ministre Ali Bazi Selim. Le secrétaire général Nakib Joni affirme même dans une conférence de presse tenue samedi dernier que son parti se prépare pour ce grand rendez-vous politique tant attendu. « Parce qu’étant un des six partis reconnus par la loi, on ne peut se permettre d’être à l’écart de cet événement », a-t-il soutenu.

« Le Rdc prendra bel et bien part à ces assises, a confirmé Mougni Baraka président exécutif du Rdc, rappelant que l’idée n’est pas nouvelle pour avoir été déjà abordée lors des assises du parti Mouroua. Je pense qu’aucun des trois candidats favoris du second tour des présidentielles de 2016 ne s’y était opposé, mais on avait jugé que c’est le calendrier plutôt qui n’était pas favorable ».

C’est le service après vente assuré par le chef de l’État pour cette cause qui semble inquiéter cet ancien gouverneur de l’île de Ngazidja. « S’il y a certaines personnes qui redoutent qu’il y ait une récupération de la part du président, c’est parce qu’il le seul ces derniers temps à occuper le terrain alors qu’après avoir assuré son adhésion, c’est à ses ministres, conseillers et le mouvement du 11 août de prendre le relais pour expliquer à la population », fait-il observer.

Le leader du Rdc semble convaincu que le « nouvel ensemble comorien » instauré en 2001 comporte des incohérences qu’il faut vite corriger, notamment l’autonomie des îles dépouillée (par la révision constitutionnelle de 2009, ndlr). 

« J’espère que les assises ne se focaliseront pas seulement sur un bilan des institutions mais que la question des personnes chargées de la destinée de ces institutions sera aussi abordée », dira Raoul Delapeyre.

« Il ne faut pas faire un procès d’intention avant même qu’elles soient organisées. Il fallait accorder qu’en même le bénéfice de doute », assure Abasse Mhadjou en réponse à ceux qui redoutent que les assises mettent fin au principe de la tournante. 

 

Maoulida Mbaé

         

 

Commentaires (1)

  1. wa kori wa dozi:
    17/07/2017 à 01:51 PM

    Si un chauffeur fait régulièrement des accidents de la route ce n'est plus la faute à la code de la route ni à la voiture mais au chauffeur.Comment voulez vous que les îles soient autonome quand on voit le président inaugurer un hôpital ,pose la pierre d'une route...jusqu'à obliger tout le gouvernement et les ulamats à célébrer dans son village la fête de l'id.Commençons par responsabiliser les gouverneurs les laisser gérer leur île.Tous les cadres d'une même île devraient se réunir définir leur politique économique ,sociale et culturelle .Non le président veut tout décider.

    Répondre